Bell achète Astral pour mieux rivaliser avec Quebecor

Publié le 16/03/2012 à 11:02, mis à jour le 16/03/2012 à 13:45

Bell achète Astral pour mieux rivaliser avec Quebecor

Publié le 16/03/2012 à 11:02, mis à jour le 16/03/2012 à 13:45

[Photo-montage : Charles Desgroseillers]

George Cope, pdg de BCE, estime que l’acquisition d’Astral Media permettra à l’entreprise de se battre à armes égales avec Vidéotron au Québec. Durant la conférence de presse de vendredi matin, qui a eu lieu au siège social d’Astral Media à Montréal, George Cope a évoqué à plusieurs reprises, mais sans le nommer, son principal concurrent québécois.


«Cette acquisition nous permettra d’être à forces égales par rapport à un concurrent au Québec que vous connaissez très bien», a lancé George Cope, évitant de nommer Quebecor Media. Ainsi, Bell a acheté Astral Media en partie pour pouvoir concurrencer Quebecor sur le terrain des médias.


La part de marché de Bell en télévision passera de 6 à 32 % au Québec, avec l’acquisition d’Astral et de ses huit chaines spécialisées en français, dont Super Écran et Canal D. Cet imposant portefeuille en télévision permettra ainsi à Bell de fournir davantage de contenu vidéo pour les tablettes et les téléphones cellulaires.


Bell fera également une incursion majeure en matière de radiodiffusion en mettant la main sur les 85 stations d’Astral, dont 10 stations de radios francophones NRJ. Malgré tout, George Cope écarte du revers de la main toute intervention du CRTC et du bureau de la concurrence : « Si vous regardez les actifs que nous avons au Québec, ceci nous amène presque a égalité par rapport à notre principal concurrent. Nous ne prévoyons donc pas de problème avec le CRTC. »


Suite à l’acquisition d’Astral, Bell deviendra l’un des plus importants employeurs au Québec, avec 20 000 employés dans la province. Selon George Cope, la transaction devrait être finalisée d’ici la fin de l’année.

À propos de ce blogue

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE est le blogue de Julien Brault, journaliste spécialisé en technologies et en capital de risque. Sa mission : présenter les start-ups d'ici et d'ailleurs qui sont en train de transformer le monde et traiter des dernières innovations technologiques dans tous les domaines.

Julien Brault

Sur le même sujet

Pourquoi Tim Hortons n'achète pas Burger King?

26/08/2014 | Yvan Allaire

BLOGUE. De plus petite taille, Tim Hortons est plus rentable, mieux gérée et a la même valeur boursière que Burger King.

Bombardier se bat contre Hitachi pour mettre la main sur une division de Finmeccanica

18/08/2014 | Dominique Froment

Bombardier vise croître dans le marché de la signalisation et serait bien placée pour acheter la société italienne.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Peu d'inflation, de gros casse-têtes pour les caisses de retraite

Édition du 30 Août 2014 | René Vézina

À supposer qu'on puisse se fier aux données de Statistique Canada cette fois-ci, l'inflation ne menace pas encore le ...

38 cartes pour voir l'économie mondiale autrement

26/08/2014 | Diane Bérard

Il faut consulter d'autres indicateurs que le classique PIB/habitant pour comprendre l'économie mondiale.

Et si vous partagiez votre poste de travail...

28/08/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le 9@5 du lundi au vendredi? Ça fait tellement 20e siècle! Aujourd'hui, le travail se métamorphose.