Les propriétaires d’immobilier en difficulté : revue 2014

Publié le 12/01/2015 à 11:15

Les propriétaires d’immobilier en difficulté : revue 2014

Publié le 12/01/2015 à 11:15

Au cours de la dernière année, plusieurs propriétaires ont eu des problèmes financiers, ce qui a fait augmenter le nombre de mauvaises créances par rapport aux 3 dernières années.


Par mauvaises créances, nous entendons les préavis d’exercice et les délaissements. Un préavis d’exercice est émis, par exemple, à la suite d’un retard de paiement hypothécaire lorsque la banque avertit le propriétaire que sa propriété sera saisie dans les 60 jours si aucune entente n’est conclue. Dans le cas où le propriétaire ne peut se soustraire aux exigences de la banque, la propriété sera alors saisie ou délaissée volontairement, et cela sera comptabilisé comme un délaissement. Bref, les fluctuations des mauvaises créances donnent un portrait général de la situation économique des propriétaires au Québec.


Tendance annuelle


Selon les données recueillies par JLR, ce fut une année difficile pour les propriétaires alors que les préavis d’exercice et les délaissements ont augmenté. La hausse des préavis d’exercice s’est principalement fait sentir en fin d’année. Au total, le nombre de préavis d’exercice a augmenté de 7,8 % en 2014 pour atteindre 9 671 préavis. Il s’agit du plus haut total de préavis pour une année depuis 2009.


La hausse a été plus importante du côté des délaissements avec une augmentation de 20 % par rapport à 2013. Pour l’ensemble de l’année, le total monte à 2492 délaissements. Malgré la hausse importante par rapport à 2013, c’est moins de délaissements qu’enregistré en 2009 et 2010.


Il est important de nuancer la hausse de 2014 par le fait que 2013 fut l’année où l’on a dénombré le moins de délaissements et de préavis entre 2009 et 2014, comme le démontre le graphique suivant.



La hausse plus forte des délaissements en comparaison aux préavis d’exercice s’attribue probablement aux délais de revente prolongés connus en 2014. Ainsi, lors d’une situation financière difficile, il est possible que les propriétaires ayant reçu un préavis d’exercice n’aient pas été en mesure de revendre leur propriété et aient été contraints de délaisser celle-ci.


L'augmentation des préavis d'exercice, principalement en fin d'année, combinée aux délais de revente toujours longs laisse présager un début d’année difficile au niveau des délaissements. En fait, plusieurs propriétaires ayant reçu des préavis en fin d’année pourraient se voir dans l'obligation de délaisser leur propriété dans les prochains mois faute de pouvoir la revendre ou de respecter leur engagement financier.


Les régions les plus touchées


Le nombre de préavis d’exercice a augmenté en 2014 dans 11 des 16 plus grandes régions du Québec. Le nombre de préavis d’exercice a diminué pour la région de la Côte-Nord (-17 %). Il s’agit de la région ayant connu la meilleure amélioration parmi toutes les régions. Il sera intéressant d’observer s’ils pourront maintenir la baisse de préavis malgré les difficultés du Plan Nord et de l’industrie du fer. Les préavis d’exercice ont également diminué en Estrie (-6,5%) et Chaudière-Appalaches (-3,0%). L’Abitibi-Témiscamingue a été la plus éprouvée par la hausse des préavis avec une augmentation de 84,5%, pour atteindre 155 préavis émis en 2014.


En ce qui concerne les délaissements, une baisse a été notée seulement en Mauricie (-2,8 %). Les régions où les délaissements ont le plus augmenté sont la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (57,7 %), Montréal (40,2%) et l’Abitibi-Témiscaminque (34,5%).

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Immobilier: la tendance baissière des mauvaises créances continue

02/10/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. De moins en moins de propriétaires doivent remettre leur propriété à leur créancier.

La dette des ménages canadiens atteint 169,1% au 2e trimestre

Autrement dit, il y avait 1,69 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de revenu disponible des ménages.