Les politiciens ne doivent plus s'occuper du climat

Publié le 26/09/2018 à 09:56

Les politiciens ne doivent plus s'occuper du climat

Publié le 26/09/2018 à 09:56

Une maison endommagée par un ouragan (source: Getty Images)

BALADO - On ne confie pas aux politiciens la gestion de la politique monétaire, car ils manquent d'indépendance pour prendre les décisions qui s'imposent afin de stabiliser les prix et l'économie. Pourquoi confions-nous alors aux politiciens la responsabilité de déterminer et de faire respecter les cibles de réductions de gaz à effet de serre (GES), alors que nous vivons une crise écologique mondiale qui nécessite des mesures très ambitieuses, voire draconniennes ? Dans ce contexte, la Banque du Canada pourrait bien être un modèle à suivre pour lutter contre le changement climatique.



Approfondir ce sujet avec l’analyse géopolitique de notre journaliste François Normand.


 

À propos de ce blogue

Dans son analyse hebdomadaire Zoom sur le monde, François Normand traite des enjeux géopolitiques qui sont trop souvent sous-estimés par les investisseurs et les exportateurs. Journaliste au journal Les Affaires depuis 2000 (il était au Devoir auparavant), François est spécialisé en commerce international, en entrepreneuriat, en énergie & ressources naturelles, de même qu'en analyse géopolitique. François est historien de formation, en plus de détenir un certificat en journalisme de l’Université Laval. Il a réussi le Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) de l’Institut canadien des valeurs mobilières et il a fait des études de 2e cycle en gestion des risques financiers à l’Université de Sherbrooke durant 15 mois. Actuellement, il est inscrit au MBA à temps partiel à l'Université de Sherbrooke. Depuis une vingtaine d’années, François a réalisé plusieurs stages de formation à l’étranger: stage à l’École supérieure de journalisme de Lille, en France (1996); stage auprès des institutions de l'Union européenne, à Bruxelles (2002); stage auprès des institutions de Hong Kong (2008); participation à l'International Visitor Leadership Program du State Department, aux États-Unis (2009). En 2007, il a remporté le 2e prix d'excellence Caisse de dépôt et placement du Québec - Merrill Lynch en journalisme économique et financier pour sa série « Exporter aux États-Unis ».

François Normand

Sur le même sujet

Oubliez la transition, il faut une révolution verte

08/12/2018 | François Normand

ANALYSE - La transition vers une économie verte est trop lente. Un changement de cap majeur s'impose. Voici pourquoi.

Accusations: pas d'entente avec Ottawa pour l'instant, dit SNC Lavalin

SNC-Lavalin affirme qu'elle ne sera pas invitée à négocier un accord de réparation avec les procureurs fédéraux.