Deux repères américains pour y voir plus clair

Publié le 19/08/2011 à 17:34, mis à jour le 22/08/2011 à 10:57

Deux repères américains pour y voir plus clair

Publié le 19/08/2011 à 17:34, mis à jour le 22/08/2011 à 10:57

La volatilité extrême des dernières semaines donne le vertige, autant aux professionnels du placement qu’aux investisseurs individuels.


La chute des marchés reflète un ajustement brutal des marchés à la détérioration des perspectives économiques, un ajustement amplifié par l’influence croissante des négociateurs-robots, ces ordinateurs qui transigent à l’aide d’algorithmes destinés à détecter la tendance des marchés des millièmes de secondes avant les autres robots.


Pour prendre un certain recul et aiguiller leurs décisions d’investissements, les stratèges font appel à des repères qu’ils considèrent relativement fiables.


Vincent Delisle, stratège chez Scotia Capitaux, n’échappe pas à cette pratique.


De retour de vacances, avec un marché à la baisse de 17 % depuis avril aux Etats-Unis, M. Delisle dit surveiller de près l’indice américain ISM qui prend le pouls de l’activité manufacturière, à l’aide de sondages mensuels auprès des directeurs d’achat des entreprises.


Le plongeon de l’indice régional de Philadelphie en août est similaire à celui qu’il a connu en mars 2009, au pire de la chute boursière. Pas étonnant que cette donnée ait semé autant d’émoi. La crise de 2008 est encore à fleur de peau.


Si l’ISM flanche sous le niveau de 45 au cours des prochains mois, ce serait le signal que les bénéfices trimestriels des entreprises reculeront par rapport au trimestre précédent. En juillet, l'ISM était à 50,9, indiquant un 26e mois de croissance. Toutefois, la composante des nouvelles commandes était tombée sous le seuil de 50 pour la première fois depuis juin 2009.


Le mouvement de révision des prévisions de bénéfices des analystes pourrait peser sur les indices au cours des 3 à 6 prochains mois, prévoit M. Delisle.


Un rebond à 450 000 ou 475 000 de la moyenne mobile de quatre semaines des nouvelles demandes d’assurance-chômage aux Etats-Unis, pendant plusieurs mois, obligerait M. Delisle à réduire ses cibles pour les indices.


Cette moyenne est actuellement de 402 500. " Tant que la tendance de l'emploi tient que le coup, nous estimons que les corrections sont des occasions d'achat ", écrit-il.


Si la récession appréhendée ne se matérialise pas, les Bourses pourraient en effet rebondir fortement, croit le stratège.


 


 

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Banques: un autre trimestre qui fera taire les pessimistes

BLOGUE.La hausse de 8% des profits n'aura pas l'éclat du 1er trimestre mais le ressac immobilier est pour un autre jour.

Les investisseurs devancent-ils le signal saisonnier de vente de mai?

BLOGUE. Les fins de séance et vendredis sont devenus des occasions pour les pros de vendre pour parer aux imprévus.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Netflix : 650 $ US ou 125 $ US ?

Édition du 12 Mai 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Combien vaudra Netflix (NFLX, 313,36 $ US) dans 12 à 18 mois : 650 $ US ou 125 $ US ? La question nous est...

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?