États-Unis: les banques paient les délinquants hypothécaires pour qu'ils vendent à perte

Publié le 07/02/2012 à 10:19, mis à jour le 07/02/2012 à 10:46

États-Unis: les banques paient les délinquants hypothécaires pour qu'ils vendent à perte

Publié le 07/02/2012 à 10:19, mis à jour le 07/02/2012 à 10:46

BLOGUE. Vous n’avez pas payé votre hypothèque depuis un an. Un beau matin, vous recevez une lettre de votre banquier. Vous vous attendez au pire. Pas du tout! Votre sympathique prêteur vous informe que, même si vous lui devez encore 792 000$, il vous “permet” de vendre votre maison pour 592 000$ ( bien en-deça de sa valeur). Si vous acceptez, il vous donne 30 000$ en argent sonnant. Ce qui couvrira vos frais de déménagement ainsi qu’un dépôt sur votre prochain appartement.


ME SUIVRE SUR TWITTER: diane_berard


Ceci n’est pas un scénario de fiction. C’est ce qui se déroule présentement aux États-Unis. Les banques veulent nettoyer leurs bilans. Et elles ont découvert qu’il leur en coûtait moins cher de laisser les mauvais payeurs vendre à perte que de reprendre leur maison et la vendre elles-mêmes. Mieux encore, même lorsque les banques donnent des montants en argent en plus – ces sommes varient entre 3000$ et 48 000$ - pour que les mauvais payeurs débarassent le plancher au plus vite, elles s’en tirent mieux que si elles reprenaient simplement la maison. En fait, avec cette méthode, les institutions perdent 15% de moins que si elles reprennent la maison.


Je résume: vous vendez votre maison, vous effacez votre hypothèque ( peu importe le montant de la vente) et vous recevez un boni en argent. Tout cela parce que vous êtes un mauvais payeur.


Ce nouveau type de transaction a compté pour 33% des transactions immobilières “en difficulté” de novembre 2011, un accroissement de 24% par rapport à l’an dernier. Elles ont aussi compté pour 9% de toutes les transactions immobilières américaines de novembre, une augmentation de 2% par rapport à l'an dernier.


Près de 14 M de résidences américaines sont en attente de reprise, en délinquance de paiements hypothécaires ou leurs propriétaires doivent davantage que ce que vaut la maison.


Ces 14M retardent la reprise du marché immobilier et, par extension, la reprise au sens plus large.


Cette nouvelle stratégie des banques est une décision économique. Elle réduit les pertes et assainit le bilan plus rapidement. Si les banques affichent des bilans plus sains, le gouvernement n’aura pas besoin d’utiliser l’argent des citoyens pour venir à leur rescousse. Cet argent pourra être consacré à des fins plus constructives, il sera mis au service du bien commun. Enfin, c'est ce que l'on souhaite.


On peut donc en conclure que cette stratégie est avantageuse pour tous: les emprunteurs, les banques, les contribuables.


En anglais, un dicton dit “ desperate times call for desperate mesures”. On parle de mesures d’exception en temps de crise. C’est ce que cette mesure doit être. Si elle devient autre chose, un mode de vie, une fuite en avant, ce sera que cette crise n’aura pas été assez douloureuse.


Lire ma chronique précèdente portant sur l’émasculation de Wall Street.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Bérard - Une pétition pour légaliser le 8e groupe hôtelier au monde, airbnb

Mis à jour le 14/11/2013

BLOGUE. Connaissez-vous le site de location de maisons/appartements airbnb ? Lancé en 2008 à San ...

Bérard - Les 10 détaillants québécois perçus comme les plus responsables

Mis à jour le 13/11/2013

BLOGUE. Plus de 4 Québécois sur 10 seraient prêts à boycotter un détaillant qui ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Peu d'inflation, de gros casse-têtes pour les caisses de retraite

Édition du 30 Août 2014 | René Vézina

À supposer qu'on puisse se fier aux données de Statistique Canada cette fois-ci, l'inflation ne menace pas encore le ...

La Bourse est-elle réellement surévaluée?

Édition du 30 Août 2014 | François Pouliot

BLOGUE. Est-ce le moment de réduire son exposition au marché boursier ou de l'augmenter ?Lors de la publication des ...

Et si vous partagiez votre poste de travail...

BLOGUE. Le 9@5 du lundi au vendredi? Ça fait tellement 20e siècle! Aujourd'hui, le travail se métamorphose.