Le piège des REEE collectifs, la suite épeurante

Publié le 23/08/2016 à 10:00

Le piège des REEE collectifs, la suite épeurante

Publié le 23/08/2016 à 10:00

À première vue, cela a les apparences d’une duperie. Mais après avoir discuté avec des administrateurs du produit, je penche pour une sorte d’apostolat bête mais sincère. La Fondation Universitas s’est investie d’une mission: celle d’inciter les parents à épargner en vue des études supérieures de leurs enfants. Les gens de cette organisation sont affables, leur cause est noble. Mais n’en reste pas moins un problème majeur: le produit avec lequel ils partent en mission est médiocre.


La semaine dernière, j’ai exprimé ici certaines réserves sur les REEE collectifs en raison de la rigidité de ces plans d’épargne. Soumis à un strict calendrier de contributions, les souscripteurs risquent de perdre une partie de leur argent s’ils y dérogent, disais-je. Je me suis attardé sur ce point qui représente une raison suffisante pour s’en tenir loin. Universitas est un grand fournisseur de REEE collectifs (elle offre aussi des REEE individuels, dont il n'est pas question ici). Elle se targue de garantir le capital des parents comme s’il proposait un produit sécuritaire, alors que le moindre accroc à son contrat présente un risque financier majeur.


Des lecteurs m’ont écrit pour relever d’autres points négatifs. À l’émission du retour à la maison de Marie-Claude Lavallée, au 98,5, le chroniqueur Pierre-Yves McSween a pris la balle au bond pour souligner en ondes que les parents ne bénéficiaient d’aucun rendement sur leurs premières contributions au REEE car celles-ci servaient à couvrir les frais de souscription.


Je me suis demandé alors si je n’avais pas été trop tendre dans ma chronique, ce qui est rare. J’ai étudié de plus près le prospectus du plan de REEE collectif d’Universitas et j’ai validé ce que j’y ai trouvé avec trois membres de l’équipe de la fondation: Isabelle Grenier, vice-présidente, affaires corporatives; Marie-Ève Nicolas, directrice, service à la clientèle; et Jean-François Grenier, analyste financier.


Cette chronique pourrait sembler de l’acharnement. Mais les parents doivent comprendre dans quoi ils s’engagent (pendant 17 ans parfois) lorsqu’ils souscrivent à un REEE collectif. Je crains que peu d’entre eux se donnent la peine de lire le fameux prospectus explicatif ou abandonnent rapidement la lecture de ce document de plus de 50 pages, qui, sans être opaque, n’est pas non plus un exemple de limpidité.


Alors, y ai-je trouvé d’autres matières à critique? Vous devinez bien que oui.


Des frais exorbitants


Commençons par les frais de souscription, abusifs. Ici, tout dépend de l’effort financier. Plus les parents contribuent, plus ils paient des frais. Comme l’a souligné en ondes Pierre-Yves McSween, les premières contributions servent à couvrir les frais de souscription. Mais si le collègue avait su combien de temps les parents déboursent sans capitaliser le moindre sous au REEE de leur enfant, il aurait déchiré sa chemise.


Qu’importe combien ils ont décidé de mettre de côté, la première année, tout l’argent déboursé par les parents représentent des frais de souscription. Il n’y a donc aucun rendement à espérer à l’année un, celle qui pourtant devrait rapporter le plus en raison du long horizon de placement. L’argent est versé en commissions aux représentants, ceux-là qui ont convaincu des parents encore en émoi de signer au bas d’un contrat. Durant les 15 mois suivants, seulement 50% des contributions sont dirigées vers le REEE de l’enfant. L’autre moitié? Oui, encore des frais de souscription.


Bref, après deux ans et trois mois, seulement 34% des cotisations auront engraissé le régime d’épargne-étude.


S’ils veulent recevoir le maximum de subventions de la part des gouvernements, des parents doivent verser 2500 dollars par année au REEE. Cela vous donne une idée de la somme que pourraient payer ces personnes en frais de souscription: exactement 3712,50$. «Mais chez nous, les parents versent plus souvent 20 ou 30 dollars par mois», dit Marie-Ève Nicolas.


Tout est relatif. Si des parents n’ont pas les moyens d’investir plus de 20 dollars par mois au REEE, ils n’ont pas non plus les moyens de cotiser dans le beurre deux fois sur trois durant 27 mois.


Rappelons que cet argent est perdu si les parents brisent une condition au contrat.


Et pour les autres?


Une fausse promesse


Le prospectus stipule que les frais de souscription sont retournés à ceux qui se rendent au bout, ce qui constitue une vaste majorité des souscripteurs, selon Universitas. Ce n’est là qu’une illusion, car pour cela, il faudrait que les représentants, qui ont encaissé cet argent des années plus tôt, se cotisent pour rembourser les parents.


Alors, comment pensez-vous que la fondation rembourse les frais de souscription?


En puisant dans la cagnotte des enfants!


Quand les cotisations des parents finissent enfin par aboutir dans le REEE, elles génèrent des rendements à l’abri de l’impôt. Les subventions gouvernementales, l’équivalant de 30% des efforts parentaux, fructifient elles aussi à l’abri du fisc. Rappelons que l’argent qui sera versé à l’enfant, ce qu’on appelle les paiements d’aide aux études (PAE), est composé, d’une part, des subventions gouvernementales et, d’autre part, des rendements générés par ces dernières et par les contributions parentales.


Voici ce que dit le prospectus à ce propos: «Les revenus nets générés par les cotisations et les subventions servent prioritairement au remboursement des frais de souscription. L’excédent est ensuite transféré au compte PAE  […]»


Les montants en cause ne sont pas négligeables, rappelons qu’il s’agit des deux tiers des contributions effectuées pendant plus de deux ans. Et comment peut-on affirmer aux parents, au moment de la vente, que ces frais seront remboursés alors que, pour ce faire, il faut détourner de l’argent qui dans un REEE ordinaire souscrit à la banque aurait servi à payer les études des enfants?


D’autres frais


Oui, mais, dans un REEE ouvert à la banque, on paie des frais de gestion sur les fonds communs de placement. C’est vrai. Même que certaines banques vont charger des frais supplémentaires pour ouvrir un compte REEE. À la suite de ma première chronique, on m’a accusé d’avoir volontairement omis ce détail. Mais j’ai tu aussi les frais de gestion des fondations.


Les frais de souscription servent à payer les représentants, quelque 180 travailleurs autonomes qui ne vendent que les produits d’Universitas. La fondation compte en plus une centaine d’employés, que j’imagine dédiés et tous méritants. Il faut payer ces gens-là aussi, le loyer et tout le nécessaire pour faire rouler la boîte. La gestion des fonds occasionne également des frais.


Universitas frappe les actifs investis de frais administratifs de 1,19%, dont une partie peut être retournée dans les fonds s’il y a des excédents une fois payées les dépenses de fonctionnement. Les frais de gestion, quant à eux, s’élèvent à 0,27%. Au total, donc, les frais soutirés sur les actifs s’élèvent à 1,46% auxquels il faudrait ajouter la ponction pour rembourser les frais de souscription aux parents, l’équivalent de 0,85% du total des PAE (rendements et subventions), selon Jean-François Pakenham, l’analyste financier. Dans la présentation des rendements, au prospectus, on ne tient pas compte de ce dernier détail.


«Nos frais sont moins élevés que les 2% que chargent les fonds communs et le capital est garanti». Le «2%» est un chiffre galvaudé. Il est facile de trouver des fonds relativement sécuritaires dont les frais de gestion sont moins élevés que ceux du fonds Universitas.


Et surtout, la totalité de l’argent injecté dans un REEE individuel ou familial de la banque fructifie dès le premier jour, pas plus de deux ans plus tard comme dans une fondation de bourses d’études.


Et je ne vous parle même pas de la manière dont sont versés les PAE par Universitas. Les conditions sont plus restrictives que dans un REEE ordinaire. Cela mériterait une autre chronique…


J’ai insisté ici sur Universitas parce que ce sont les plus visibles au Québec et que de nombreux parents reçoivent des appels non sollicités, et persistants, de leurs représentants. Ceux-ci insistent sur les vertus de l’éducation supérieure et sur la responsabilité des parents d’en prévoir le financement, parfois en jouant sur les sentiments.


On compte une poignée d’autres fondations du genre, dont les règles et les pratiques peuvent différer, mais de peu. Après la publication de ma chronique de la semaine dernière, Sylvie Bonin, de l’ACEF de l’Estrie, m’a fait part de deux cas problématiques qu’ils ont entre les bras. Le premier concerne une mère qui a réalisé que le REEE de son enfant était pratiquement vide après un an de cotisation. L’autre touche un père qui, insatisfait du service à la clientèle, a décidé de transférer son REEE, mais qui se rend compte qu’il doit laisser des plumes dans le déménagement. Dans les deux cas, l’ACEF proposera sans doute de ne pas briser le contrat tellement les deux parents ont les mains liées. L’un est avec la Fondation CST, l’autre avec La première financière du savoir.


Ai-je besoin d'en dire plus? 


***


À consulter:


REEE Info, par l'Union des consommateurs


La section REEE du site de l'AMF


Ma chronique précédente sur le sujet


***


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes billets précédents




À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet