Trois applications concrètes pour mieux comprendre la technologie 5G

Publié le 26/09/2018 à 06:30

Trois applications concrètes pour mieux comprendre la technologie 5G

Publié le 26/09/2018 à 06:30

Les réseaux 5G ont un potentiel économique de 3000 milliards $US d’ici 2023.

La semaine dernière avait lieu à Los Angeles le Mobile World Congress (MWC), édition américaine. Même s’il est (pour le moment, en tout cas) moins prestigieux que sa contrepartie hivernale de Barcelone (et encore moins couru qu’une simple conférence d’Apple…), l’événement permet de voir les progrès de l’industrie sous un angle différent.


Cette année, le thème dominant est (évidemment) la technologie 5G. La cinquième génération de réseaux sans fil (d’où son nom), attendue de façon plus ou moins officielle au Canada d’ici 2020, pose beaucoup de problèmes à toute la chaîne des fournisseurs de services sans fil. Telus, Rogers, Bell et Vidéotron devront allonger les milliards pour adopter les normes (encore à finaliser) qui leur permettront d’être de la partie.


Ça a même fait renaître la question des fusions et acquisitions dans les télécoms canadiennes, devant les sommes colossales en jeu.


Les fabricants de composants traditionnels (Ericsson, Nokia, Qualcomm…) oeuvrent d’arrache-pied pour produire des antennes et les autres composants qui donneront vie à ces réseaux. À ce jour, la plupart en sont encore à l’étape de l’expérimentation.


Intel, qui souhaite ouvertement faire partie de la solution, a présenté quelques exemples d’applications de la 5G en marge du MWC Americas. À partir de ses propres prototypes de processeurs, de serveurs et d’ordinateurs (tous surdimensionnés, pour le moment), l’équipementier californien donne un bel aperçu d’applications concrètes que permettra la technologie, à terme.


Rien de mieux pour aider à bien comprendre ce qui rend la 5G si distincte des réseaux sans fil de génération précédente. 


La vie en direct et en 2D, 3D ou en virtuel


La transformation des médias n’est pas terminée. En fait, elle va passer à une autre dimension, ces prochaines années, presque littéralement : la réalité augmentée et virtuelle pourrait ajouter une valeur inédite à des événements en direct, comme le sport, les concerts ou, pour être d’actualité, les débats entre politiciens.


«La 5G va faire tomber des industries et en créer de nouvelles», résume Sandra Rivera, VP d’Intel. Fox Sports, qui a récemment diffusé l’US Open à l’aide de caméras équipées d’une antenne 5G, entrevoit le jour où ses studios mobiles, les gros camions qui bordent le trottoir près des événements médiatisés, ne seront plus nécessaires.


Mieux : avec des réseaux sans fil permettant de gérer des pétaoctets de données à la minute, il sera possible de diffuser l’image, et un environnement virtuel complet en prime affichant des infos connexes en surimpression. Vous pourrez voir la vitesse à laquelle patine Jesperi Kotkaniemi en temps réel, et connaître la force de son tir du poignet d’un simple coup d’œil. 


Le jeu vidéo va s’éclater comme jamais


Naturellement, qui dit réalité virtuelle dit jeu vidéo. Et la grande révolution de la 5G dans le jeu, c’est évidemment la transmission sansfil sans latence (ou presque). HTC, qui fabrique les casques de réalité virtuelle Vivo, a d’ailleurs un prototype de casque entièrement sans fil capable d’interagir en temps réel avec des joueurs soudés à leur PC.


Bon, le casque en question a encore besoin d’un peu de travail pour être allégé, mais on voit bien où tout ça va nous mener : des arcades où on pourra louer de tels casques pour jouer à des jeux multijoueurs sans craindre de se cogner le nez sur un cadre de porte.


Ça tombe bien, au moins une entreprise à Montréal est spécialisée dans ce secteur


Des antennes cellulaires très intelligentes


Cette fameuse «latence», le délai entre lequel une donnée est transmise d’un bout à l’autre du réseau, est une promesse de la technologie 5G qui prend des airs de fantasme, tellement elle semble ambitieuse.


Un des moyens envisagé pour atteindre un délai de quelques millisecondes à peine entre deux points d’accès est de décentraliser la gestion des données passant par le réseau. Après l’infonuagique, bienvenue à l’ère de l’informatique de périphérie («edge computing»), qui devrait donner du même coup un aperçu de l’intelligence artificielle de prochaine génération.


Plutôt que de concentrer le traitement de l’information dans d’imposants centres de données, l’informatique en périphérie pourrait, dans le contexte d’un réseau 5G, le faire à même les antennes soutenant le réseau. C’est pourquoi Ericsson, Nokia, Intel et d’autres sont à concevoir une norme matérielle permettant d’installer l’équivalent d’un supercalculateur doté d’une IA complète au sommet de ces antennes, lequel pourrait ainsi gérer localement l’info transmise par des véhicules autonomes, par exemple.


Ça couperait d’autant le temps de déplacement des données numériques, accélérant la connexion réseau.


Ça soulève plusieurs défis, notamment celui des températures tant dans le boîtier suspendu au haut d’une antenne, que de celle à l’extérieur qui affectera la performance de la bête.


Mais c’est évidemment là un défi que les fabricants ont bien l’intention de relever.


Pourquoi?


Parce qu’en bout de ligne, la mise en place des réseaux 5G représente, selon les prévisions les plus crédibles, un potentiel économique de 3000 milliards $US d’ici 2023. En d’autres mots, il faudra bien dépenser quelques dizaines de milliards de dollars d’ici cinq ans pour mettre en place la première génération de ces réseaux, mais pour ceux qui seront les premiers à le faire, ça risque de rapporter gros.


Reste à voir si le consommateur, lui, y trouvera également son compte.


Suivez-moi sur Facebook:



Suivez-moi sur Twitter:




À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno