Je fais partie du 3%, c’est déprimant

Publié le 09/11/2012 à 13:56

Je fais partie du 3%, c’est déprimant

Publié le 09/11/2012 à 13:56

Par Adrien Pouliot

Selon un quotidien montréalais, seulement 3% des lecteurs qui ont répondu à la question se sont dit insatisfaits de la réélection de Barack Obama. Je me sens seul. C’est ça, l’exclusion sociale dont parle toujours Françoise David de Québec Solidaire? La réaction de la Bourse américaine au lendemain de l’élection est la seule raison pour laquelle je ne me sens pas un paria aujourd’hui!


Si le passé est garant de l’avenir, je m’attends à quatre années additionnelles d’ « Obamanomics » de la part du président le plus interventionniste depuis l’ère de LBJ-Nixon. En politique domestique, il aura réussi à prolonger la récession pendant quatre ans. Son interventionnisme nous aura valu les 2 319 pages de la loi Dodd-Frank sur la réforme financière, les plans de sauvetage à coup de centaines de milliards, le corporatisme pro-syndical de la faillite de GM et Chrysler et la socialisation de la santé avec Obamacare (2 074 pages). Pas surprenant de la part d’un président qui pense que les guichets bancaires automatiques causent du chômage et que le succès des entrepreneurs ne leur revient pas (« you didn’t build that »). Sa politique internationale a été tout aussi liberticide, ayant établi des précédent dangereux au niveau de la détention exécutive et du droit du président d’ordonner des assassinats de citoyens américains. Il a triplé le nombre de soldats en Afghanistan, bombardé le Pakistan avec des drones et lancé une guerre en Lybie en affirmant qu’il n’avait pas besoin de l’appui du Congrès.


L’avenir s’annonce donc pénible. M. Obama croit à l’ingénierie économique « bottom-up » via une réglementation de plus en plus étouffante et la redistribution de la richesse, contrairement à la théorie du « Trickle Down Economics » du président Reagan qui a donné une des plus longues ères de prospérité des États-Unis. Attendons-nous donc à des hausses d’impôts, une résistance à couper les dépenses, des subventions mal avisées pour « créer » des emplois manufacturiers et verts, des contrôles sur les émissions et le prix de CO2 et le maintien des programmes sociaux.


Contrairement à ce que les analystes politiques gauchistes voudraient nous laisser croire, la victoire de M. Obama n’est pas spectaculaire et ne devrait pas le conforter à poursuivre ces politiques dommageables. En fait, M. Obama a perdu 10 millions de votes entre les deux élections. Sa majorité est passée de 52,9% des suffrages à 50,4%. Même le très « progressiste » New York Times a admis le mouvement vers la droite des électeurs américains en 2012. Si les Républicains avaient adopté des politiques sociales congruentes avec les principes qui sous-tendent leurs politiques économiques, c’est-à-dire plus de liberté et de responsabilité individuelle tant dans les choix économiques que dans les choix personnels et sociaux, je parie que M. Romney emménagerait à la Maison-Blanche en janvier.


À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Mettez un REEE dans les bas de Noël!

Il y a 24 minutes | Annie Boivin

Plutôt que d'offrir un jouet Made in China à votre neveu pour Noël, contribuer à son ...

Célébrer en grand et à petit prix avec Marie-Michelle Garon

22/11/2014 | lesaffaires.com

Championne dans l’art d’épater ses convives, l’animatrice à Canal Vie, nous rappelle comment recevoir sans puiser dans..

Hausse des frais de garde: le véritable coût pour les familles

21/11/2014 | Daniel Germain

EXCLUSIF. Quel sera l'impact de la hausse des frais de garde sur les familles? Voici un tableau qui dit tout.