«Le fournisseur alimentaire Sysco est bien placé pour consolider son secteur» - Stéphane Préfontaine, président, Préfontaine Capital

Publié le 02/11/2013 à 00:00

«Le fournisseur alimentaire Sysco est bien placé pour consolider son secteur» - Stéphane Préfontaine, président, Préfontaine Capital

Publié le 02/11/2013 à 00:00

Par Stéphane Rolland

Quelle est votre stratégie d'investissement ?

Je suis un investisseur valeur. Le marché a tendance à surévaluer la croissance. Je n'évite pas la croissance, mais je ne veux pas la payer cher. Je fais toujours attention au prix que je paie. Je cherche des entreprises bien gérées qui ont un avantage concurrentiel soutenable à long terme.

Comment percevez-vous le marché ?

La Bourse a beaucoup progressé depuis quatre ans. Je ne dirais pas qu'elle est surévaluée, mais ça devient beaucoup plus difficile de trouver des aubaines que cela ne l'était durant la crise. Je suis pleinement investi, puisque je crois toujours que les actions performeront mieux que les titres à revenu fixe dans un horizon de cinq à sept ans, mais je ne suis pas dans une période d'achat.

Quelle société est sur votre écran radar ?

Comme je le disais, il est difficile de trouver des occasions. Sysco Corp. (NY., SYY) n'est pas une aubaine à tout casser, mais l'action du distributeur alimentaire du Texas peut servir de stabilisateur dans un portefeuille. Maintenant qu'elle a terminé d'importants investissements technologiques, la société est en bonne position pour croître plus rapidement et consolider son industrie dans un horizon de cinq à sept ans. Elle domine son secteur avec 18 % des parts de marché en Amérique du Nord. Ses ventes sont plus importantes que celles de ses cinq principaux concurrents combinés. Les consommateurs devraient aussi fréquenter un peu plus les restaurants, alors que les ménages ont réduit leur endettement et que le prix du carburant a diminué.

Pour les consolidateurs, il y a un risque de payer ses acquisitions trop cher. La direction de Sysco est-elle disciplinée ?

Oui, très. Ce sont d'excellents gestionnaires en matière d'allocation de capital. De plus, c'est une industrie très concurrentielle dans laquelle les marges et la croissance sont très faibles. Il y a près de 16 000 distributeurs alimentaires aux États-Unis. Après un certain temps, les acteurs les moins solides ne seront plus capables de maintenir la cadence.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

À la une

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d’or?

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.

Pourquoi il y a incompétence au ministère des Finances du Canada

Mis à jour à 06:34 | Dany Provost

BLOGUE. Une guerre est déclenchée contre le ministère des finances du Canada. On se réveille enfin.

Les erreurs du fisc fédéral nous saignent, rage Yves Chartrand

20/09/2017 | Guillaume Poulin-Goyer

Le fiscaliste-vedette du Québec tire à boulets rouges sur le ministère des finances à Ottawa.