Entreprises innovantes cherchent vitrines

Publié le 01/12/2012 à 00:00

Entreprises innovantes cherchent vitrines

Publié le 01/12/2012 à 00:00

Les technologies propres sont en effervescence. Plusieurs PME québécoises se lancent dans la R-D et mettent au point des produits et des procédés innovants. Mais leur mise en marché reste difficile.

Malgré l'engouement pour les technologies propres dans le monde, la demande reste faible au Canada pour les innovations dans ce domaine. Elles trouvent encore peu de débouchés sur le marché local.

Au Québec, beaucoup d'entreprises hésitent en effet à adopter une technologie propre qui n'est pas encore totalement aboutie. Elles préfèrent l'acheter une fois qu'elle a fait ses preuves.

«On voit des entreprises innovantes obligées de s'expatrier pour faire leurs bancs d'essai. Or, ça complique les choses et ça augmente le risque pour la PME», déplore Denis Leclerc, président et chef de la direction d'Écotech. Plusieurs d'entre elles, une fois qu'elles ont réussi ailleurs, ne reviennent pas s'installer au Québec.

Le secteur des technologies propres, troisième plus grand secteur économique dans le monde, est en effervescence. Et le Québec veut prendre sa place dans ce marché qui a crû de 30 % par an dans les 10 dernières années et pourrait atteindre 3 000 milliards de dollars (G$) d'ici 2020.

«Le défi, c'est que le Québec devienne un leader des technologies propres dans le monde !» lance Andrée-Lise Méthot, associée principale de Cycle Capital Management et présidente du CA d'Écotech, la grappe québécoise des technologies propres.

Dans cette course, certains pays sont plus enclins à adopter les technologies propres, même au stade de prototype. C'est le cas notamment en Europe, en raison des coûts énergétiques élevés et des réglementations environnementales plus contraignantes.

Des entreprises intéressées

Les firmes québécoises sont de plus en plus nombreuses à être intéressées par les technologies propres, mais ce n'est pas suffisant. «Pour que le virage soit pris pour de bon, il faut franchir la barre des 15 % d'early adopters, ces entreprises plus promptes à embarquer lorsqu'une nouvelle vague technologique arrive», explique Simon Bérubé, vice-président stratégie de Carnot Réfrigération, une PME de Trois-Rivières qui commercialise une technologie propre de réfrigération pour les grandes surfaces commerciales.

Pourtant, il y a gros à gagner : à l'échelle du Canada, l'obtention de 2 % du marché mondial d'ici 2020 permettrait à l'industrie de générer 60 G$, selon le rapport Développer le plein potentiel des cleantechs d'Action Canada, un réseau de jeunes experts canadiens.

Les sociétés d'État en première ligne

Plusieurs acteurs estiment que les organismes publics et parapublics devraient donner l'exemple et offrir aux PME créatrices de technologies propres l'occasion de tester leurs innovations.

«Les marchés publics pourraient devenir une vitrine technologique de ce secteur. Elles pourraient trouver ainsi un avantage concurrentiel supplémentaire», estime Denis Leclerc.

Certaines le font déjà. La SAQ, qui génère près de 75 000 tonnes de bouteilles par an, s'est associée à la Chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux de l'Université de Sherbrooke pour trouver un moyen de recycler ce verre... en béton.

Il remplace désormais plusieurs matériaux qu'il fallait auparavant importer. «Incorporer une tonne de verre dans du ciment revient à économiser une tonne de GES. Comme on n'a plus à transporter les matières que le verre remplace, on économise aussi sur les coûts de fabrication», précise Mario Quintin, directeur du développement durable à la SAQ. Les nouvelles succursales seront désormais construites avec ce béton. Déjà 10 magasins sont munis d'un plancher fait à partir de ce matériau.

Le rôle des pouvoirs publics s'avère donc essentiel. «S'il y a eu un boom dans ce domaine aux États-Unis, c'est grâce à la volonté de Barack Obama», illustre Andrée-Lise Méthot.

Tous les regards se tournent maintenant vers le nouveau gouvernement de Pauline Marois. Son premier budget, tout juste dévoilé, n'annonce toutefois pas de mesures concrètes dans ce domaine.

À suivre dans cette section

Nouvelles de la communauté
Édition du 11 Mars 2017 | Les Affaires

image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

Home Capital s'effondre en Bourse

Mis à jour il y a 45 minutes | lesaffaires.com

L'action du courtier hypothécaire perd 60% de sa valeur ce mercredi après un avertissement sur résultats dû à...

Ce vendeur à découvert s'acharne sur Home Capital

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur compare le fondateur de Home Capital à l'ancien dirigeant de Valeant!

Des têtes tombent chez Home Capital

24/04/2017

Le cofondateur de l'entreprise quitte, mais cela ne freine pas le déclin du titre.