«Que les entrepreneurs profitent de la communauté»

Publié le 30/05/2017 à 12:10

Et il est crucial de se préoccuper tout autant des entreprises existantes, selon le président de l'École d'entrepreneurship de Beauce.


«La techno, c'est l'économie vénérée en ce moment, confirme Martin Deschênes, le tout nouveau président de l'EEB. Tout tourne autour de ça. Un grossiste en plomberie ou la boucherie du coin, c'est moins glorifié», regrette celui qui, après 17 ans à la tête du Groupe Deschênes, vient de passer le flambeau à son frère François pour devenir vice-président du conseil d'administration de l'entreprise familiale de distribution de matériaux de plomberie et de chauffage qui compte près de 2 000 employés.


Cependant, l'entrepreneuriat ne se résume pas aux start-ups technos: il est crucial de se préoccuper tout autant des entreprises en démarrage que de celles qui existent déjà. Notamment, en faisant davantage pour soutenir la croissance des entreprises et les garder dans l'économie québécoise, d'après Martin Deschênes. «Démarrer une entreprise, c'est une chose. La faire croître et éviter de la vendre, c'en est une autre», insiste-t-il.


Les Affaires: quelle serait votre priorité pour l’entrepreneuriat québécois ?


Martin Deschênes: Alors, si j’avais une chose à souhaiter aux entrepreneurs du Québec pour réussir, ce serait certainement de profiter de la communauté. De mettre en commun leur capacité et leur façon de faire pour amener la réussite dans l’ensemble du monde entrepreneuriall.


Suivez les mises à jour de notre dossier
La parole à ceux qui soutiennent l'entrepreneuriat

lesaffaires.com

À la une

La montréalaise Lightspeed obtient un financement de 207M$

17/10/2017 | Denis Lalonde

La Caisse de dépôt et Investissement Québec sont au nombre des investisseurs.

Bombardier: des fournisseurs pâtiront de l’arrivée d’Airbus

17/10/2017 | François Normand

Des spécialistes expliquent pourquoi il y aura aussi des perdants à la suite de la prise de contrôle du CSeries.

La marque Roots doit se faire moins gourmande

Mis à jour le 17/10/2017 | Dominique Beauchamp

Les actionnaires de Roots vendent toujours 200 à 230M$ d'actions, mais le prix est 14 à 25% moindre que prévu.