«Il faut mieux comprendre les besoins des entrepreneurs»

Publié le 26/05/2017 à 15:14

La promotion de l'entrepreneuriat devrait être une priorité, selon le fondateur d'Ulule.


Alexandre Boucherot, président et fondateur de la plateforme de sociofinancement Ulule, estime qu'il faudrait faciliter l'entrée des talents au Québec. Il suggère la création d'un dispositif semblable au concours French Tech Ticket de la France, qui incite les entrepreneurs étrangers à y créer leur start-up numérique. Entre autres avantages, les gagnants bénéficient d'une bourse de 45 000 euros, d'une procédure accélérée pour obtenir un titre de séjour et d'un passage de 12 mois dans un incubateur.


Les Affaires: quelle serait votre priorité pour l’entrepreneuriat québécois ?


Alexandre Boucherot: Je suis installé à Montréal depuis 3 ans, donc je ne connais pas l’écosystème de l’entrepeneuriat parfaitement. Mais de ce que j’en ai vu, d’abord, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de créativité, de dynamisme. Sincèrement, il y a une très belle scène entrepeneuriale. Comment aller plus loin ? Un des points serait de mieux comprendre les besoins des entrepreneurs, savoir s’ils ont des projets de proximité ou au contraire d’ambition internationale en techno ou en manufacturier. Donc il faut bien les guider dès le départ et à savoir dans quelle course ils vont courir, un 100 mètres ou un marathon. Dans toutes les offres, il y a un besoin de mieux flécher.


Suivez les mises à jour de notre dossier
La parole à ceux qui soutiennent l'entrepreneuriat

lesaffaires.com

À suivre dans cette section

À la une

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

Montréal possède tous les atouts pour attirer Amazon, croit Hubert Bolduc

Montréal International est convaincue du potentiel de la métropole pour attirer le HQ2 d'Amazon.

Fait-on «la bonne affaire» pour l’entrepreneuriat au Québec?

C'est LA question à laquelle ont réfléchi les participants de la Grande consultation sur l’entrepreneuriat.