«Entrepreneur est un choix de carrière stimulant»

Publié le 23/05/2017 à 12:58

VIDÉO. La promotion de l'entrepreneuriat devrait être une priorité, pour l'économiste en chef à la BDC.


Pour Pierre Cléroux, vice-président recherche et économiste en chef à la BDC, la promotion de l'entrepreneuriat devrait être une priorité. «Il y a eu une époque où l'on mettait de l'avant les entrepreneurs pour démontrer que c'était un choix de carrière valorisant et stimulant. On a laissé cela, mais il faudrait y revenir, car le nombre d'entrepreneurs diminue au Québec.»


Il cite des chiffres de Statistique Canada qui indiquent une baisse constante du nombre de nouvelles entreprises par rapport au nombre d'entreprises en activité. Cette proportion est passée de 15 % à 10 % entre 2004 et 2014.


Les Affaires: quelle serait votre priorité pour l’entrepreneuriat québécois ?


Pierre Cléroux: Ma proposition principale, c’est de valoriser davantage l’entrepreneurship au Québec. Il faut expliquer davantage aux Québécois, surtout aux étudiants et aux jeunes, que devenir un entrepreneur, c’est un beau choix de carrière. C’est un choix de carrière qui peut être très stimulant, très revalorisant, et il faut considérer lorsqu’on fait nos choix que l’entrepreneurship, c’est vraiment une option. Il y a des gens qui ont très bien réussi et ça a amené beaucoup dans leur vie, d’être entrepreneur. Alors il faut expliquer ces sortes d’avantages.


Suivez les mises à jour
de notre dossier
La parole à ceux qui soutiennent l'entrepreneuriat

lesaffaires.com

À suivre dans cette section

À la une

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

Montréal possède tous les atouts pour attirer Amazon, croit Hubert Bolduc

Montréal International est convaincue du potentiel de la métropole pour attirer le HQ2 d'Amazon.

Fait-on «la bonne affaire» pour l’entrepreneuriat au Québec?

C'est LA question à laquelle ont réfléchi les participants de la Grande consultation sur l’entrepreneuriat.