Apple échappe aux nouvelles taxes douanières, mais la menace demeure

Publié le 18/09/2018 à 15:07

Apple échappe aux nouvelles taxes douanières, mais la menace demeure

Publié le 18/09/2018 à 15:07

Par AFP

(Photo: Denis Lalonde)

La dernière salve de taxes imposées par Donald Trump à la Chine semble épargner largement les produits d'Apple ou d'autres fabricants d'appareils électroniques, ce qui n'empêche pas le secteur de s'inquiéter de l'aggravation de la guerre commerciale entre les deux pays. 


Ces nouvelles taxes imposées par la Maison Blanche lundi, à hauteur de 10% sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires, pourraient être particulièrement douloureuses pour Apple: le groupe fabrique la plupart de ses produits en Chine, un pays qui reste un débouché très important pour lui.


Mais ces mesures épargnent bon nombre d'appareils électroniques grand public (montres connectées ou appareils avec connexion sans fil Bluetooth).


Un soulagement pour des firmes comme Apple -qui vient de sortir une nouvelle version de son Apple Watch- ou encore Fitbit, spécialisé dans les montres connectées pour le sport.


Mais entre la Chine, qui a déjà annoncé des représailles et Donald Trump, qui menace de taxer l'ensemble des importations chinoises, les choses pourraient changer, expliquent des experts.


«L'électronique grand public a bénéficié d'un répit à court terme, mais ce à quoi nous assistons, c'est à une partie d'échecs et on se sait pas qui va flancher le premier», résume Patrick Moorhead, analyste du cabinet Moor Insights & Strategy.


«Les deux pays vont en pâtir de façon importante», poursuit-il.


Ainsi, «l'essentiel du chiffre d'affaires et des bénéfices d'Apple est dû à l'iPhone, qui est presque exclusivement fabriqué en Chine», rappelle M. Moorhead.


Les taxes annoncées lundi prendront effet le 24 septembre. 


Cette escalade dans la guerre commerciale inquiète d'autant plus le secteur technologique et de l'électronique grand public américain qu'elle intervient alors que la saison des fêtes de fin d'année, cruciale pour les ventes, approche.


Les taxes «vont entraîner des effets néfastes durables» dans tout le pays, a réagi Dean Garfield, à la tête de l'Information Technology Industry Council, un des lobbys du secteur, qui défend notamment les intérêts d'Apple, Amazon et d'autres géants. 


«La Chine doit changer mais ce n'est pas le bon moyen pour avoir accès à l'indispensable marché chinois. De nouvelles taxes ne vont pas seulement punir les consommateurs américains, les fabricants et les entreprises de toutes tailles, elles vont aussi réduire les chances de négocier avec les Chinois et de s'attaquer à des problèmes commerciaux de longue date», ajoute encore cet organisme.


Quant à la Consumer Technology Association (CTA), qui représente 2 000 petites et grandes entreprises technologiques, elle qualifie les mesures douanières de «mauvaise politique» même si certains produits en sont exemptés.


«Nous sommes particulièrement inquiets à l'idée de représailles concernant les circuits imprimés, les routeurs ou les équipements de réseaux», explique le président de la CTA, Gary Shapiro.


«Elles vont étouffer notre leadership mondial dans (l'internet mobile ultra rapide en cours de déploiement) 5G, créer une taxe internet sur les entreprises et susciter de l'incertitude», s'alarme-t-il.


La supplique d'Apple


Pour éviter d'être concerné par de nouvelles taxes, Apple avait pris les devants en prévenant de leurs conséquences néfastes dans une lettre adressée au représentant américain au Commerce (USTR).


«Les taxes augmentent le coût de nos activités aux États-Unis, détournent nos ressources et désavantagent Apple par rapport aux concurrents étrangers», avait indiqué la firme à la pomme dans un courrier le 5 septembre. 


«Au-delà, des taxes douanières entraîneront des hausses de prix pour les consommateurs américains, ralentiront la croissance américaine, sans compter d'autres conséquences économiques imprévues», poursuivait le groupe basé en Californie. 


Pour autant, Gene Munster, analyste chez Loup Ventures, ne partage pas ce catastrophisme. Des taxes sur les montres connectées et les écouteurs sans fil ne réduiraient les bénéfices annuels d'Apple que d'1%, estimait-il dans une note la semaine dernière, ajoutant que les tensions commerciales ne devraient de toute façon pas durer.


«Nous pensons que dans deux ans, ces taxes commenceront à disparaître», estime-t-il.


Et toujours selon lui, certaines firmes technologiques «applaudissent en secret» l'approche frontale de Donald Trump, car elle pourrait, à terme, rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays.


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Un tribunal chinois interdit la vente de certains iPhones

10/12/2018 | AFP

Cette décision a été rendu dans le cadre d'un procès qui oppose Apple à Qualcomm.

Apple s'associe à Amazon pour faire rayonner Apple Music

30/11/2018 | AFP

Cette décision de la marque à la pomme tranche avec sa stratégie historique.

À la une

Bio-K Plus à la conquête de nouveaux marchés

Édition du 08 Décembre 2018 | Jean-François Venne

Série 4 de 4 - Découvrez une PME dont le chiffre d'affaires repose en grande partie sur l'exportation.En 2018, Bio-K ...

Attention... cette nouvelle dragonne est un cheval de Troie

12/12/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. La cofondatrice de Prana se soucie autant de l'utilité sociale des entreprises que de leur rentabilité.

VIA Rail: Siemens remplacera la flotte du corridor Québec Windsor

Mis à jour le 12/12/2018 | La Presse Canadienne

VIA Rail a besoin de 32 nouveaux trains bidirectionnels pour maintenir sa capacité actuelle de 9100 sièges.