Universités : évoluer ou disparaître


Édition du 13 Février 2016

L'université traditionnelle se meurt. Du moins, c'est l'avis partagé par la plupart des spécialistes que nous avons interviewés. Pour eux, la question est maintenant de savoir quelle forme elle prendra dans sa seconde vie. Pendant ce temps, des employeurs comme Google et AT&T s'arrachent les finissants de formations en ligne non créditées.


À lire aussi: Tempête en vue dans le milieu universitaire


«On assistera sous peu à l'éclatement du marché de l'éducation, qui favorisera l'émergence d'un grand nombre de fournisseurs et de programmes ciblant des compétences très précises», lance Stephen Downes, chercheur spécialisé en éducation en ligne au Conseil national de recherches Canada.


S'il est difficile de prédire l'avenir, Stephen Downes peut se targuer d'avoir une bonne moyenne au bâton. Il a bâti ses premiers cours en ligne dans les années en 1990, et on lui attribue la création, avec son collègue George Siemens, du premier cours en ligne ouvert à tous (ou MOOC pour massive open online course en anglais) du monde en 2008, à l'Université du Manitoba.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Amazon lance une offensive dans l'éducation en ligne

11/10/2013

Le distributeur en ligne américain Amazon a annoncé jeudi l'achat du site de cours de ...

Vézina : Au Québec, peu d'intérêt à enseigner l'économie aux jeunes

17/04/2013

BLOGUE. À travers le Canada, c’est au Québec que les parents croient le moins à ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: