Lightemotion: de la Malaisie au Parlement

Publié le 07/12/2017 à 14:57

Lightemotion: de la Malaisie au Parlement

Publié le 07/12/2017 à 14:57

Une pièce du Musée canadien de l'histoire, illuminée par Lightemotion. (Photo: Gordon King)

PME DE LA SEMAINE. Lightemotion, une firme montréalaise de conception d’éclairage, est en train de boucler une année qu’elle qualifie de «charnière» pour son évolution. C’est qu’elle vient de remporter et de réaliser de gros contrats qui l’aideront à garnir son portfolio national et à consolider son profil international.


L’entreprise vient notamment d’être mandatée pour réaliser la mise en lumière intérieure et extérieure de l'édifice du Centre du Parlement à Ottawa.


«Quelques lampes ont été installées à l’extérieur dans les années 1990, mais là, nous remettrons tout au goût du jour», dit François Roupinian, le président et directeur du design chez Lightemotion. Le projet devrait commencer cet automne et s’échelonner sur 12 ans.


Le mandat est important pour l’entreprise montréalaise en raison de son prestige. Il est aussi important parce qu’il lui permettra de générer de l’emploi pour la prochaine décennie à son bureau de Montréal. Le rayonnement associé au projet lui permettra par ailleurs d’attirer et de conserver les meilleurs créateurs d’éclairage.


Au pays, Lightemotion a aussi réalisé l’éclairage du Fairmont Le Reine Élizabeth, un travail d’un an et demi. Pour son quinzième anniversaire cette année, l’entreprise vient également de remporter le contrat d’éclairer l’esplanade de la Place Ville Marie. Elle réalise en ce moment les plans. «C’est un autre gros contrat, très prestigieux, parce que c’est une icône montréalaise. Depuis notre fondation, on a travaillé surtout à l’international, et là, en 2017, on a beaucoup travaillé au Canada. C’est comme le fruit de nos efforts», dit François Roupinian.


À l’international, Lightemotion travaille sur la conception de l’éclairage d’une salle de spectacle de 6500 places conçue par Scéno Plus pour le Hard Rock Hotel à Hollywood, en Floride. 


En collaboration avec les bureaux de GSM Projet à Singapour, la boîte montréalaise vient aussi d’entamer la réalisation des plans d’éclairage pour le musée de Sarawak, soit le plus ancien musée de Bornéo.


La plus-value de l’entreprise?


«On crée des ambiances et des illuminations évolutives parce que la clientèle n’est pas la même le matin, le jour et le soir, la semaine et la fin de semaine», dit M. Roupinian


En semaine, dans un hôtel, les utilisateurs des espaces ont tendance à avoir un profil plutôt corporatif. En fin de semaine, il s’agit généralement plutôt de touristes. L’entreprise crée donc ainsi des éclairages différents, pour le même endroit, qui collent aux besoins de chaque groupe d’utilisateurs.


«Tu peux éclairer un hôtel de bien de façons, disons avec des lustres, et ce sera joli. Mais on veut aller au-delà du décoratif et rendre des ambiances sensorielles qui amèneront le client à ressentir une émotion», explique le président.


Sauf que l’argument ne résonne pas encore toujours au Canada. Aux États-Unis et en Europe, le design d’éclairage fait partie de tous les grands projets qui comprennent de l’immobilier, explique M. Roupinian.


«Ici, pas encore, mais on fait beaucoup d’éducation, dit-il. L’éclairage, ce n’est pas seulement d’illuminer un lieu. C’est aussi de lui donner vie, et de lui donner une valeur artistique.»


 


Lightemotion en quelques chiffres: 


Nombre d’employés: 12-14


Emplacement du siège social: Montréal


Date de fondation: 2002


Chiffre d’affaires: 1,5 M$


 

À suivre dans cette section

À la une

Terres rares: le géant japonais JOGMEC tourne le dos à un projet au Québec

Sans tambour ni trompette, la société s’est retirée d’un projet d’exploration de terres rares près de Schefferville.

Bulletin Les Affaires–JLR: la hausse s'est maintenue en novembre

Mis à jour à 13:48 | Les Affaires - JLR

Les prix augmentent plus vite que l'inflation et les ventes de condos grimpent.

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...