Plus optimistes que jamais, les PME québécoises embauchent

Publié le 22/02/2018 à 12:03

Plus optimistes que jamais, les PME québécoises embauchent

Publié le 22/02/2018 à 12:03

Par Yannick Clérouin

Jamais les PME québécoises n’ont été aussi optimistes au cours de la période d’après-récession de 2009.


L’indice du baromètre de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante(FCEI) pour le Québec a en effet gagné 2,6 points au cours du dernier mois pour atteindre 73,9 en février.


Cet indicateur mensuel surpasse ainsi son précédent sommet de 71,9, touché en février en 2011.


Les entrepreneurs québécois redeviennent donc les plus optimistes du pays, devançant nettement leurs homologues d’Ontario, où l’indice du baromètre se situe à 59. Pour l’ensemble du pays, l’indice du baromètre a reculé de 0,3, à 62,4.


«Il n'y a pas qu'une seule locomotive qui tire l'économie du Québec, mais une conjonction de facteurs favorables», explique Simon Gaudreault, directeur des affaires économiques pour le Québec de la FCEI. L'économiste souligne que la province profite de la diversification de son économie, contrairement à d'autres provinces qui sont plus dépendantes de l'évolution d'industries particulières, dont des matières premières.


Tant dans le secteur manufacturier, que dans le domaine minier ou celui des services, tel, le tourisme, il y a des développements favorables. En outre, les consommateurs continuent de dépenser: les ventes au détail ont augmenté de 6% en 2017 au Québec, selon les données dévoilées jeudi par Statistique Canada.


Tout comme dans plusieurs autres provinces, les entreprises québécoises doivent composer avec la hausse du salaire minimum. Celle-ci est toutefois inférieure à celle prévue en Ontario et en Alberta. La confiance des entrepreneurs de cette province s’est d’ailleurs effritée de 3,1 points en février, à 56,3.


Des emplois à combler


Les économistes de la FCEI soulignent que les plans d’embauche à court terme sont forts au Québec: 31% des chefs d’entreprise prévoient recruter du personnel, contre seulement 7% qui prévoient réduire leurs effectifs.


La pénurie de main-d’oeuvre qualifiée demeure par ailleurs la principale limite au chapitre de l’augmentation de la production ou des ventes, selon les dirigeants sondés(39% des réponses). Vient ensuite la pénurie de main-d’oeuvre non-qualifiée(26% des réponses).


«Le principal enjeu des PME porte sur la main-d'oeuvre», note M. Gaudreault. En plus de la pénurie de personnel, les entreprises doivent jongler avec la hausse plus élevée que prévu du salaire minimum et de lourdes taxes sur la masse salariale.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Un autre studio d'effets visuels s'implante à Montréal

La société allemande Scanline VFX veut créer 300 emplois à Montréal

«Le déni est notre pire ennemi», soutient le PDG d’Investissement Québec

05/06/2018 | Martin Jolicoeur

Pierre Gabriel Côté veut éveiller les PME du Québec aux dangers réels du retard technologique.

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...