Devolutions: conquérir le monde à partir de Lavaltrie

Publié le 30/06/2016 à 11:27

Devolutions: conquérir le monde à partir de Lavaltrie

Publié le 30/06/2016 à 11:27

David Hervieux, PDG de Devolutions

PME DE LA SEMAINE - En 2010, David Hervieux travaillait seul dans son sous-sol. Son entreprise, Devolutions, compte aujourd’hui 45 employés et vend ses solutions de gestion de connexions à distance et de mots de passe dans 124 pays.


Parmi les quelque 270 000 utilisateurs figurent de gros noms comme Walt Disney, la NASA, Boeing, Shell et Sony.


David Hervieux est le PDG de l’année Investissement Québec 2016 de l’Association québécoise des technologies (AQT). Il vient aussi de remporter le prix provincial Arista de la Jeune Chambre de commerce de Montréal dans la catégorie Jeune leader international.


Son entreprise réalise à l’étranger 97 % de ses revenus de cinq millions de dollars. « Il n’y a pas de frontières sur Internet », dit celui qui vend uniquement ses produits en ligne et qui n’emploie aucun vendeur.


Un réseau de plus de 300 revendeurs lui a permis de percer dans des pays où les gens préfèrent acheter localement, comme l’Allemagne, de même qu’aux grandes organisations qui concentrent leurs achats auprès de fournisseurs autorisés.


«Rares sont les entreprises de notre secteur dont la stratégie de commercialisation repose seulement sur le Web, commente Nicole Martel, pdg de l’AQT. Le fait que Devolutions se passe de vendeur a beaucoup impressionné les gens lors du gala où M. Hervieux a été élu pdg de l’année. Certains se questionnaient sur leur propre modèle d’affaires.»


Au cours des 18 derniers mois, l’effectif de la PME de Lavaltrie est passé de 20 à 45 personnes. David Hervieux s’est lancé en affaires en 2004 pour offrir des services de consultation en informatique. Mais en 2010, un logiciel qu’il a conçu pour accéder à distance aux ordinateurs de ses clients l’a poussé à changer la vocation de son entreprise. «À l’origine, j’ai créé Remote Desktop Manager pour mes propres besoins, mais j’en ai vite réalisé le potentiel commercial.»


Pour décrire son logiciel de gestion de connexions à distance, d’accès réseaux et de mots de passe, il fait la comparaison suivante: «Un mot de passe, c’est comme une clé. Si je vous donne une clé, vous pouvez aller à la quincaillerie pour la reproduire. Notre produit, ce n’est pas la clé. C’est le doorman qui contrôle l’accès à un lieu et qui vous laisse ou non entrer.»


Le gars au t-shirt taché de ketchup


La clientèle cible? Les gestionnaires de réseaux d’entreprises. «On vend au gars qui porte un chandail de Stars Wars taché de ketchup et de moutarde et qui est obsédé par la protection des données, illustre l’entrepreneur de 37 ans. On est à son écoute et c’est avec lui qu’on a bâti notre notoriété.»


Devolutions mise sur le marketing entrant (inbound marketing). Ses utilisateurs sont ses porte-parole. Ils discutent des produits sur le forum d’aide, répondent aux questions des autres. «Certains sont en amour avec notre marque et on leur a donné un statut d’experts, dit M. Hervieux. On publie leurs conseils dans notre blogue. Ces gens-là sont devenus des évangélistes de nos produits.»


Plus encore, les membres de la communauté ont eux-mêmes traduit les logiciels de l’entreprise en allemand, en chinois, en turc et dans une douzaine d’autres langues.


Cette stratégie axée sur les clients englobe même le développement des produits. Ainsi, toutes les nouvelles fonctionnalités et extensions proviennent des suggestions des utilisateurs.


Un employeur remarquable


«Dans notre secteur, les entreprises s’arrachent les talents, constate Mme Martel. La rétention aussi pose un défi, car la main-d’œuvre est très mobile.» Devolutions fait figure d’exception, elle qui enregistre seulement deux départs en cinq ans.


«On attire des diplômés du Cégep de Joliette et de l’Université de Trois-Rivières, mais aussi des gens compétents qui sont tannés de travailler dans les grands centres», dit M. Hervieux qui rembourse aux employés qui déménagent à Lavaltrie la moitié de la taxe de bienvenue.


Tables de baby-foot, terrain de volleyball, collations gratuites, dîners de groupe les mercredis avec sushis ou camions de cuisine de rue… Les employés ont tout ça. Mais ils profitent aussi des bonnes pratiques en ressources humaines d’une entreprise certifiée Employeur remarquable par le Bureau de normalisation du Québec.


«Ici, personne ne travaille plus de 35 heures par semaine, affirme le pdg. De plus, on offre des horaires flexibles réguliers, c’est-à-dire que les employés choisissent leurs heures d’arrivée et de départ.»


La PME dévoile aussi ses états financiers aux employés et leur donne la possibilité de devenir actionnaires. Chacun peut également faire une demande farfelue par année. «Il y a beaucoup de gens introvertis en informatique, remarque M. Hervieux dont la moitié du personnel est composé de programmeurs. Cette mesure leur fournit un espace pour exprimer des idées qui ne sont souvent pas farfelues du tout.»


Logiciels pour le travail, bornes de recharge pour véhicules électriques, four pour les repas communautaires sont autant de demandes acceptées. «Récemment, quelqu’un a demandé une Tesla. Eh bien, quand on atteindra un chiffre d’affaires de 10 M$, j’en ferai tirer une!»


En quelques chiffres


Année de fondation : 2004


Nombre d’employés : 45


Chiffre d’affaires : 5 M$


Objectifs pour les trois prochaines années : Tripler les revenus et introduire de nouveaux produits ciblant la clientèle actuelle.

Sur le même sujet

Malimousse veut conquérir l'Ontario une mayonnaise à la fois

23/11/2017 | Philippine de Tinguy

PME DE LA SEMAINE. La petite entreprise qui a doublé sa taille depuis 2014 s’apprête à envahir le reste du Canada.

Ce que j'ai appris de mon premier million

23/11/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Trop de gens se lancent en affaires pour faire de l’argent. Concentrez-vous plutôt sur votre entreprise.

À la une

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Le 4e trimestre s'annonce fort respectable, mais après un gain de 10% les banques doivent mériter leur évaluation.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

23/11/2017 | Martin Jolicoeur

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.

«La Chine s'attaque au dollar sur les marchés pétroliers»

23/11/2017 | lesaffaires.com

VIDÉO. La Chine pourrait ainsi s'imposer financièrement au niveau mondial...