Le secteur des services financiers a besoin de nouveaux leaders

Publié le 10/10/2018 à 10:25

Article rédigé par Yanouk Poirier, associé et chef de pratique mondial en TMT 


Si l’on vous avait dit, il y a 20 ans, que l’avenir du secteur des services financiers passerait par des gestionnaires aux approches à la mode dans la Silicon Valley, l’auriez-vous cru ?


C’est pourtant la réalité. Les mégadonnées, l’intelligence artificielle ou encore les cryptomonnaies transforment rapidement l’univers des services financiers.


Chaque jour, des start-up issues des fintechs proposent des innovations qui bousculent les façons d’investir, d’épargner, d’emprunter ou d’effectuer des transactions bancaires.


De nouveaux concepts comme les opérations financières ouvertes (open banking) ou les chaînes de blocs (blockchains) forcent les vieux modèles d’affaires à se réinventer.


Dans cette économie numérique qui carbure aux technologies de pointe, les entreprises de services financiers doivent s’adapter… et vite !


Pour rester dans la course, elles doivent apprendre à anticiper les avancées technologiques, et se doter d’une structure décisionnelle capable de réagir plus rapidement à une concurrence qui vient de jeunes pousses rompues aux approches de gestion agile.


En somme, la nouvelle donne pour les entreprises du secteur des services financiers passera par la technologie, c’est indiscutable, mais elle passera aussi — et surtout — par les gens.


Or, recruter des gestionnaires, des cadres supérieurs ou des administrateurs détenant l’expérience et les compétences qu’il faut pour opérer ce virage numérique est un défi de taille… néanmoins incontournable.


Mais quelles compétences doit-on chercher chez ceux appelés à assumer ce nouveau « leadership numérique » ?


Gérer le futur


Cela va de soi, tout changement au sein d’une entreprise doit venir de la tête. Aussi, pour mieux se préparer à l’arrivée d’innovations au potentiel transformationnel, la première tâche des entreprises du secteur des services financiers est d’avoir au sein de son équipe dirigeante des personnes dotées de ce que l’on pourrait nommer le « réflexe technologique ».


Au fait des dernières tendances qui touchent l’écosystème numérique, détenant une expérience en gestion du changement, ces personnes sauront non seulement identifier les menaces, elles seront surtout à même de tirer profit des nombreuses occasions d’affaires qu’amènent ces technologies émergentes.


Ces leaders apportent donc à la haute direction ou au conseil d’administration de nouvelles idées. Ce qui n’est cependant que la pointe de l’iceberg ! On ne répétera jamais assez que les idées ne valent rien, que c’est l’exécution qui fait toute la différence.


Par conséquent, les nouveaux leaders des entreprises du secteur des services financiers doivent être des « bâtisseurs de confiance ». Car, pour susciter l’adhésion de tous, pour implanter une culture d’entreprise enthousiaste envers la nouveauté et pour pousser les équipes en place à « sortir de leurs pantoufles », il faut que la confiance règne…


C’est pourquoi les leaders recherchés devront allier de solides compétences techniques à un penchant naturel pour la communication, la collaboration, la créativité.


Une nouvelle ère


Ainsi, le secteur des services financiers entre dans l’ère du leadership numérique. Cette forme de leadership n’est pas nouvelle en soi, elle est apparue à la fin des années 90 en même temps que la vague des « dotcoms », au sein de jeunes pousses qui avaient l’ambition de réinventer les façons de faire.


Le leadership numérique s’appuie largement sur les approches de gestion agiles. Les hiérarchies rigides sont écartées au profit de petites équipes multidisciplinaires à qui l’on délègue l’entière responsabilité d’un projet.


Les leaders sont aussi considérés non plus comme des « patrons », mais comme des coachs. Au lieu de « diriger », ils cherchent à créer les conditions gagnantes pour que leurs équipes puissent… se diriger elles-mêmes !


Les modes de gestion qui conviennent aux exigences de l’économie numérique font ainsi la part belle à la collaboration, aux communications ouvertes : un terreau fertile aux idées innovantes.


Pour réussir leur transition numérique, les entreprises du secteur des services financiers auront besoin de leaders de cette trempe. En fin de compte, elles auront besoin des mêmes leaders qui ont fait de Google, Facebook ou Netflix des championnes de la nouvelle économie…


 


 

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

La puissance de savoir dire non avec tact

BLOGUE INVITÉ. Comme toute compétence, savoir dire non demande de l’expérience et de la pratique.

L'allemande HelloFresh avale Chefs Plate

Ensemble, leurs ventes atteindront les 200M$. La concurrence s'intensifie pour Goodfood, Miss Fresh et Cook it.

SQDC: deux autres requêtes en accréditation syndicale déposées

Les travailleurs de Sainte-Foy et Mirabel rejoignent ceux de la rue Saint-Hubert et de Rimouski sous la bannière TUAC.