Le coach idéal selon...

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Le coach idéal selon...

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Valérie Lesage


Philippe R. Bertrand, vice-président d’Équation Humaine


Quand on a connu du succès et que, tout à coup, les revers s’accumulent, il vaut mieux aller chercher de l’aide que de s’enfoncer. Philippe R. Bertrand a choisi deux coachs pour remettre de l’ordre dans sa vie.


En 2008, il vendait à Vortex son entreprise de services Web Spin Communication. Il aurait pu alors bien vivre sans travailler pendant quelques années. Mais il a cherché de nouveaux horizons et il a investi dans d’autres entreprises.


« J’ai tout perdu parce que je suis allé dans des domaines que je ne connaissais pas. Je me demandais comment j’allais me réinventer, moi qui avais été habitué au succès. À cela se sont ajoutées des difficultés de couple et une séparation », se souvient l’entrepreneur de 38 ans, aujourd’hui l’heureux papa d’une famille reconstituée de six enfants.


Un coach de vie l’a aidé à tracer la ligne entre la sphère personnelle et la sphère professionnelle, ce qui a fait évoluer positivement sa vie familiale. Puis, un coach d’affaires avec qui il s’entretient chaque semaine l’aide à rester centré sur ses objectifs professionnels et ceux de l’entreprise, spécialisée dans l’innovation en marketing numérique.


« Ma grande difficulté est d’être à ce point passionné que je peux passer 300 heures chez un client ! Or, pour le bien d’Équation Humaine et celui de nos clients, il vaut mieux que j’établisse mes limites. Mon coach m’aide en ce sens. »


Les coachs de Philippe Bertrand ne sont pas certifiés et le coaching n’est pas leur profession. « J’ai privilégié le vécu à la formation. Je suis anticonformiste. Pour le coach de vie, j’ai choisi quelqu’un qui avait surmonté ses difficultés. En affaires, je voulais être bon, alors j’ai suivi des gens qui avaient réussi. Maintenant, je veux bâtir une entreprise avec un chiffre d’affaires de 20-25 M $ ; mon premier coach ne s’est pas rendu là, alors j’en ai choisi un autre, parce que mes besoins ont changé. »


L’entrepreneur apprécie la possibilité de prendre du recul sur sa vie avec le coach et de s’interroger. « Je n’ai pas encore trouvé le mécanisme pour le faire tout seul. Je n’ai jamais aimé me faire dire quoi faire, mais j’aime être questionné et mis au défi par des gens qui ont du vécu. »


À lire aussi: Le coach, pour aller plus vite et plus loin


À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Voici le meilleur truc pour atteindre un objectif ambitieux!

17/01/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une étude suisse a découvert ce qui permet de faire des étincelles dans une tâche barbante, mais importante.

Souffrez-vous (sans le savoir) du syndrome de l'échec programmé?

15/01/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le manager est bon. Son équipe est bonne. Et pourtant, c'est l'échec. Voici pourquoi.

À la une

Dollarama lance sa boutique en ligne

Les articles sont vendus à la caisse.

Expérience client: un séjour à Paris

Être client à Paris... Du calme. Mon expérience n'a pas été celle que vous imaginez.

Voici pourquoi les enfants des milléniaux conduiront avec leur voix…

BLOGUE. Un indice : c’est grâce à une technologie développée à Montréal.