Le pouvoir des multinationales pour sauver la biodiversité

Publié le 07/09/2010 à 09:00, mis à jour le 07/09/2010 à 10:29

Le pouvoir des multinationales pour sauver la biodiversité

Publié le 07/09/2010 à 09:00, mis à jour le 07/09/2010 à 10:29

Par Audrey Myrand-Langlois

Photo : Jason Clay, vice-président du World Wildlife Foundation (WWF)

BLOGUE. Jason Clay, vice-président du World Wildlife Foundation (WWF), est en mission depuis des décennies pour sauver la biodiversité et espère que les multinationales le suivront dans son élan.


 


Certaines d’entre elles, comme Cargill, Coca-Cola et des producteurs et transformateurs de saumons, ont déjà commencé à travailler de concert avec WWF.


 


L’objectif de M. Clay est de réunir les grandes entreprises autour de tables rondes afin d’établir de nouveaux standards mondiaux pour accroître la production avec moins d’espace, moins d’eau et en faisant moins de pollution.


 


Dans une récente capsule vidéo de TED, M. Clay affirme que convaincre 100 entreprises clés de différentes industries pourrait radicalement changer la destinée de notre planète.


 


Visionnez la capsule ci-dessous :


 












Sur le même sujet

Concevoir les meilleures planches de surf au monde

Mis à jour le 30/08/2010

BLOGUE. Des étudiants de l’Université de la Californie à San Diego ont troqué leur ...

Une automobile inspirée des microvéhicules

23/08/2010

BLOGUE. Inspiré par un retour en force de la Mini Cooper, la Beetle, la Smart et la Fiat 500, un designer ...

OPINION L'innovation selon Procter & Gamble
Mis à jour le 16/08/2010
La Chine fera des essais sur des autobus « futuristes »
Mis à jour le 10/08/2010
Les dix entreprises les plus admirées pour leur qualité
20/07/2010
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La grande question Bombardier: à quand la rentabilité du CSeries?

30/07/2015 | François Pouliot

BLOGUE. La question que l'on s'apprête à grandement discuter: quand le CSeries deviendra-t-il rentable?

Desjardins au top 5 des banques les plus solides du monde

30/07/2015 | Yannick Clérouin

Desjardins perd 3 rangs, mais est la seule institution canadienne à figurer au top 5; la Royale est exclue du top 20.

Ça chauffe de plus en plus pour les pays émergents

Il y a 34 minutes

À l'ombre de la crise grecque, les pays émergents vivent une période trouble. L'inquiétude monte chez les observateurs.