Le pouvoir des multinationales pour sauver la biodiversité

Publié le 07/09/2010 à 09:00, mis à jour le 07/09/2010 à 10:29

Le pouvoir des multinationales pour sauver la biodiversité

Publié le 07/09/2010 à 09:00, mis à jour le 07/09/2010 à 10:29

Par Audrey Myrand-Langlois

Photo : Jason Clay, vice-président du World Wildlife Foundation (WWF)

BLOGUE. Jason Clay, vice-président du World Wildlife Foundation (WWF), est en mission depuis des décennies pour sauver la biodiversité et espère que les multinationales le suivront dans son élan.


 


Certaines d’entre elles, comme Cargill, Coca-Cola et des producteurs et transformateurs de saumons, ont déjà commencé à travailler de concert avec WWF.


 


L’objectif de M. Clay est de réunir les grandes entreprises autour de tables rondes afin d’établir de nouveaux standards mondiaux pour accroître la production avec moins d’espace, moins d’eau et en faisant moins de pollution.


 


Dans une récente capsule vidéo de TED, M. Clay affirme que convaincre 100 entreprises clés de différentes industries pourrait radicalement changer la destinée de notre planète.


 


Visionnez la capsule ci-dessous :


 












Sur le même sujet

Concevoir les meilleures planches de surf au monde

Mis à jour le 30/08/2010

BLOGUE. Des étudiants de l’Université de la Californie à San Diego ont troqué leur ...

Une automobile inspirée des microvéhicules

23/08/2010

BLOGUE. Inspiré par un retour en force de la Mini Cooper, la Beetle, la Smart et la Fiat 500, un designer ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La NSA américaine pourrait perdre une partie de ses grandes oreilles dimanche

Il y a 52 minutes | AFP

La NSA pourrait débrancher les serveurs qui lui permettent de collecter les données des appels téléphoniques aux É-U.

Stingray, David's Tea, Shopify: que penser de la vague d'entrées en Bourse

BLOGUE.L'évaluation élevée des nouvelles venues trahit des attentes élevées et augmente le risque de déception.

Comment les milliardaires font-ils?

Contrairement à ce qu'on croit, la chance et le rang social à la naissance n'expliquent pas la fortune des milliardaires