Espionnage présumé chez Renault : les ex cadres accusés n'ont pas de comptes à l'étranger

Publié le 14/03/2011 à 11:40, mis à jour le 26/11/2013 à 10:11

Espionnage présumé chez Renault : les ex cadres accusés n'ont pas de comptes à l'étranger

Publié le 14/03/2011 à 11:40, mis à jour le 26/11/2013 à 10:11

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Le procureur de la République de Paris Jean-Claude Marin a annoncé lundi que les comptes à l'étranger attribués aux trois ex-cadres de Renault accusés d'espionnage industriel n'existaient pas.


Dimanche, l'un des membres du service de sécurité de Renault a été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée", dans le cadre de l'enquête sur l'espionnage présumé dont l'entreprise aurait été victime.


Dominique Gevrey a été placé en détention provisoire. Ancien militaire de la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), il a refusé de donner le nom de sa source qui assure que les trois cadres licenciés auraient divulgué des informations confidentielles sur le projet de voiture électrique.


"Renault n'est peut-être pas victime de salariés indélicats mais d'une escroquerie", a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse. Le constructeur a versé 310 000 euros pour obtenir des renseignements sur ses cadres licenciés.


Le groupe automobile devait encore verser "presque 400 000 euros", à la source de M. Gevrey, a indiqué le procureur.


Selon les déclarations de M. Gevrey, sa source lui avait promis de lui fournir les documents d'ouverture des comptes en échange de 924 000 euros. Dominique Gevrey a été interpellé vendredi à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle alors qu'il s'apprêtait à prendre un avion à destination de la Guinée.


M. Gevrey est innocent, selon son avocat, Me Jean-Paul Baduel, joint par l'Associated Press, en ajoutant que dans ce dossier l'on avait "affaire à une paranoïa d'entreprise d'une rare violence". "Mon client n'a jamais travaillé d'initiative. On lui demandait des choses. Ce n'était qu'un petit soldat", a-t-il ajouté.

À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Netflix défie le CRTC

Il y a 57 minutes | La Presse Canadienne

La volonté de Netflix de défier le CRTC remet en question la capacité de l'organisme d'encadrer la vidéo en ligne.

Le procès de faillite de Nortel entend ses derniers plaidoyers

Des avocats des pensionnés britanniques de Nortel affirment que tous les créanciers sont propriétaires des brevets.

La France ordonne à Google de «déréférencer» des contenus

13:33 | AFP

La justice française a ordonné à Google de «déréférencer» des liens vers des propos jugés diffamatoires.