Y a-t-il de la place pour Car2Go à Montréal?

Publié le 26/02/2013 à 15:51, mis à jour le 11/10/2013 à 21:00

Y a-t-il de la place pour Car2Go à Montréal?

Publié le 26/02/2013 à 15:51, mis à jour le 11/10/2013 à 21:00

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

PRIMEUR. Le marché montréalais n’est pas trop congestionné pour les véhicules libre-service de Car2Go, assure l’entreprise allemande qui fait des démarches auprès de la ville pour obtenir des places de stationnement. Tous ne partagent pas cet avis.


« Nous savons que vous avez un service d’autopartage traditionnel [Communauto], que vous avez le BIXI et de vibrantes sociétés de transport en commun, répond Katie Stafford, responsable des communications de Car2Go. Nous croyons que notre offre est complémentaire et qu’elle s’intègre bien aux autres services. »


Car2Go fait du lobbying auprès de la Ville de Montréal pour obtenir des permis de stationnement, révélait LesAffaires.com jeudi dernier. Car2Go est une filiale du constructeur automobile allemand Daimler, qui possède les marques Mercedes-Benz et Smart. Elle est présente dans une vingtaine de villes européennes et nord-américaines, notamment Vancouver, Calgary et Toronto.


PLUS: Un concurrent de Communauto veut se stationner à Montréal


Le « libre-service » de Car2Go diffère un peu de celui d’« autopartage » de Communauto. Le concept de l’entreprise allemande ressemble à celui du BIXI. L’utilisateur peut emprunter les automobiles sans réservation et sans obligation de les rapporter au même endroit


En entrevue téléphonique depuis ses bureaux d’Austin au Texas, Mme Stafford précise que le projet de s’implanter à Montréal est à ses débuts. Elle n’a pas voulu s’avancer sur le moment où il serait lancé.


« En moyenne, Car2Go emploie une dizaine de personnes par ville, explique-t-elle. Son parc automobile peut être formé d’entre 200 et 1000 véhicules. »


Suffisamment de place?

Sur le même sujet

60% des condos du Ritz toujours invendus

Édition du 17 Janvier 2015 | Dominique Froment

Le promoteur possède toujours 27 des 45 appartements. Et quatre des six penthouses n'ont pas encore trouvé preneurs.

UberX ou pourquoi Montréal devrait abolir les permis de taxi

23/12/2014 | Julien Brault

En utilisant UberX plutôt qu'un taxi, le consommateur peut réaliser une économie d’environ 17%.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Des expériences pour grandir

Édition du 17 Janvier 2015 | Géraldine Martin

Je crois beaucoup aux coups de foudre professionnel. Vous rencontrez quelqu'un et, tout d'un coup, sans crier gare, ...

Mon éducation financière - Pour vos épargnes : REER ou CELI ?

21/01/2015 | Les Affaires

Tout le monde veut mettre de l’argent de côté, pour les vacances, pour la retraite, ou pour les ...

Grèce: préparez-vous à une nouvelle tragédie grecque

24/01/2015 | François Normand

ANALYSE. Peu importe le résultat de l'élection de dimanche, la Grèce se prépare à vivre des moments difficiles.