Michel Labrecque, de la STM, futur maire de Montréal?

Publié le 20/03/2013 à 17:38, mis à jour le 11/10/2013 à 20:46

Michel Labrecque, de la STM, futur maire de Montréal?

Publié le 20/03/2013 à 17:38, mis à jour le 11/10/2013 à 20:46

Par Marie-Eve Fournier

Michel Labrecque n'a pas fermé la porte à la mairie de Montréal.

Le président de la Société de transport de Montréal, Michel Labrecque, ne ferme pas la porte à l’idée de se présenter aux prochaines élections municipales, à Montréal.


Flatté que certains évoquent son nom comme candidat à la mairie, il est cependant demeuré assez vague sur ses ambitions et sa réflexion, lors d’une rencontre avec les médias. « Vous voudriez une réponse binaire (oui ou non, noir ou blanc), mais on est dans la politique et le public et c’est plutôt analogique comme réponse […] c’est-à-dire que je ne sais pas ce qui va arriver dans un mois d’ici. »


«Je suis très heureux à la STM, a-t-il ajouté en marge d’une conférence qu’il avait donnée à la demande du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM). Je me trouve à ma place, j’ai une gang incroyable […] J’ai un mandat qui se termine cette année (dans le sens où il va y avoir des élections). Ça m’étonnerait beaucoup [d’être maire par la suite].»


Michel Labrecque a cependant affirmé ne pas tenir mordicus à être encore en poste dans 7 ans pour voir si les objectifs de son Plan stratégique 2020 sont atteints.


Lisez Pourquoi la STM veut être la meilleure au monde


«Quand vous restez longtemps en poste, vos qualités restent, mais vos défauts aussi ! […] « Est-ce que je souhaiterais rester? Oui, pour une seule coquetterie très égoïste et personnelle, pour être là quand la voiture Azur va arriver. On va avoir un vol inaugural avec des VIP, des hôtesses et des petites bouchées!» a-t-il lancé sur un ton moqueur.


Le poste de maire de la Métropole l’intéresse-t-il? «Ce n’est pas comme ça que la question se pose, a-t-il répondu. L’état actuel de Montréal ne fait pas notre affaire. Il ne faut pas entretenir trop d’illusions. La gouvernance ne changera pas forcément. Une commission (Charbonneau) suit sont cours…»


Michel Labrecque a précisé que ce sont surtout les journalistes, jusqu’ici, qui lui ont parlé de la mairie de Montréal. «C’est leur boulot de mettre des chevaux sur la piste.» On se rappellera qu’il avait été élu conseiller municipal en 2005 (Union Montréal) dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, avant de perdre ses élections quatre ans plus tard (comme maire de ce même arrondissement).



Sur le même sujet

Visite du chantier de l'amphithéâtre de Québec

15/04/2014 | Valérie Lesage

Le maire de Québec Régis Labeaume fait visiter le chantier de l'amphithéâtre, rassuré qu'il soit surveillé par l'UPAC.

Mairie de Montréal: les réactions de Mélanie Joly et de Marcel Côté

04/11/2013

C'est une Mélanie Joly triomphante qui a pris la parole en fin de soirée, dimanche, enlaçant ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Cliffs met sa menace à exécution et ferme sa mine du lac Bloom, près de Fermont

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

Cliffs Natural Resources ferme sa mine de fer du lac Bloom, près de Fermont, où travaillent plus de 500 personnes.

L'OPEP est-elle toujours pertinente ?

Il y a 22 minutes | Jean Gagnon

Les milieux financiers se questionnent sur la capacité de l'OPEP à équilibrer l’offre et la demande mondiale de pétrole.

Le lien entre les prix de l'immobilier et de l'essence

BLOGUE. La comparaison entre les prix des résidences unifamiliales et de l'essence est frappante.