Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Par Mathieu Lavallée

Photo : Benjamin Nantel, LesAffaires.com

Quelques actionnaires ont pressé de questions la direction de Transat A.T. lors de l’assemblée des actionnaires ce jeudi à Montréal, alors que l’entreprise a creusé sa perte au premier trimestre 2012 selon les résultats publiés ce matin.


Déjà, Transat faisait face à deux propositions d’actionnaires déposées par le gestionnaire de portefeuille Montrusco Bolton visant à établir un vote consultatif des actionnaires sur la rémunération de la direction et la division des postes de président du conseil et de président et chef de la direction.


Lire aussi Gouvernance: Transat accepte deux compromis


Si la proposition sur le vote consultatif a été adoptée avec une large majorité (presque 96 %), celle sur la scission des deux présidences n’a obtenu que 21,4 % d’appuis.


À ce sujet, celui qui occupe les deux fonctions, Jean-Marc Eustache, a longuement expliqué en conférence de presse pourquoi il tenait à conserver à la fois le titre de président du conseil et celui de président et chef de la direction. Il a cette entente avec les actionnaires et l’entreprise depuis longtemps, a-t-il souligné.


Au-delà de la direction de l’entreprise, Christian Godin, gestionnaire de portefeuille chez Montrusco Bolton, a aussi interrogé la direction sur sa rémunération, qui s’est vu offrir des hausses salariales de 5 % et des bonis équivalents à 100 % du salaire de base depuis quelques années même si les résultats n’ont pas été au rendez-vous et que l’action a perdu plus de 80 % depuis 2007. « Les employés de Transat n’ont pas eu ces mêmes augmentations de 5 % », a-t-il insisté.


John Thompson, administrateur et président du comité de ressources humaines et de rémunération, a répliqué qu’il y avait eu un ajustement alors que les cachets étaient sous le marché depuis quelques années déjà, sans oublier les questions de rétention pour les dirigeants. Aussi, la stratégie adoptée par ceux-ci n’était pas en cause dans les résultats des dernières années, a-t-il ajouté.


Un employé actionnaire, Alain Trudel, a pour sa part mis en lumière les problèmes du côté de l’embauche et la rétention du personnel naviguant, soulignant que les coûts que cela engendre sont importants.


Un autre actionnaire, Michel Laurin, a questionné M. Eustache sur la concurrence que subit l’aéroport de Montréal avec ceux de Plattsburgh et de Burlington.


« C’est clair que nous avons un message pour les autorités canadiennes qu’il faut diminuer le fardeau avec les aéroports canadiens », a rappelé M. Eustache en concédant que la clientèle de l'aéroport s’érode de plus en plus.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La gouvernance au coeur de la modernisation législative

Édition du 28 Février 2015 | BenoĂ®te Labrosse

Le Code des professions, la loi-cadre du système professionnel québécois, est entré dans une période de grande ...

Développement économique unifié dans la Capitale-Nationale

17/02/2015 | Valérie Lesage

Les élus de la région métropolitaine de Québec et de Charlevoix s'unissent pour le développement socio-économique.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

REER : 4 Ă©tapes pour les retardataires

Mis à jour à 08:45 | Dominique Lamy

Impossible de procrastiner davantage : vous n’êtes qu’à quelques heures de la date butoir.

Warren Buffett: sa performance, son successeur, ses placements

11:02

Voici quelques-uns des passages clés de la très populaire lettre annuelle de l'Oracle d'Omaha.

CSeries: Boeing et Airbus ont peur, selon Bombardier

27/02/2015 | Martin Jolicoeur

Qu’elle y croit ou non, la direction de Bombardier a affiché une confiance à la limite de l'insolence.