Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Par Mathieu Lavallée

Photo : Benjamin Nantel, LesAffaires.com

Quelques actionnaires ont pressé de questions la direction de Transat A.T. lors de l’assemblée des actionnaires ce jeudi à Montréal, alors que l’entreprise a creusé sa perte au premier trimestre 2012 selon les résultats publiés ce matin.


Déjà, Transat faisait face à deux propositions d’actionnaires déposées par le gestionnaire de portefeuille Montrusco Bolton visant à établir un vote consultatif des actionnaires sur la rémunération de la direction et la division des postes de président du conseil et de président et chef de la direction.


Lire aussi Gouvernance: Transat accepte deux compromis


Si la proposition sur le vote consultatif a été adoptée avec une large majorité (presque 96 %), celle sur la scission des deux présidences n’a obtenu que 21,4 % d’appuis.


À ce sujet, celui qui occupe les deux fonctions, Jean-Marc Eustache, a longuement expliqué en conférence de presse pourquoi il tenait à conserver à la fois le titre de président du conseil et celui de président et chef de la direction. Il a cette entente avec les actionnaires et l’entreprise depuis longtemps, a-t-il souligné.


Au-delà de la direction de l’entreprise, Christian Godin, gestionnaire de portefeuille chez Montrusco Bolton, a aussi interrogé la direction sur sa rémunération, qui s’est vu offrir des hausses salariales de 5 % et des bonis équivalents à 100 % du salaire de base depuis quelques années même si les résultats n’ont pas été au rendez-vous et que l’action a perdu plus de 80 % depuis 2007. « Les employés de Transat n’ont pas eu ces mêmes augmentations de 5 % », a-t-il insisté.


John Thompson, administrateur et président du comité de ressources humaines et de rémunération, a répliqué qu’il y avait eu un ajustement alors que les cachets étaient sous le marché depuis quelques années déjà, sans oublier les questions de rétention pour les dirigeants. Aussi, la stratégie adoptée par ceux-ci n’était pas en cause dans les résultats des dernières années, a-t-il ajouté.


Un employé actionnaire, Alain Trudel, a pour sa part mis en lumière les problèmes du côté de l’embauche et la rétention du personnel naviguant, soulignant que les coûts que cela engendre sont importants.


Un autre actionnaire, Michel Laurin, a questionné M. Eustache sur la concurrence que subit l’aéroport de Montréal avec ceux de Plattsburgh et de Burlington.


« C’est clair que nous avons un message pour les autorités canadiennes qu’il faut diminuer le fardeau avec les aéroports canadiens », a rappelé M. Eustache en concédant que la clientèle de l'aéroport s’érode de plus en plus.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Profitables, les comités consultatifs

Édition du 21 Juin 2014 | Nathalie Vallerand

Série 5 de 5. La gouvernance a été sous les feux des projecteurs au cours des derniers mois, notamment avec ...

Être administrateur d'OBNL, c'est du sĂ©rieux

Édition du 07 Juin 2014 | Nathalie Vallerand

Série 4 de 5. La gouvernance a été sous les feux des projecteurs au cours des derniers mois, notamment avec ...

OPINION Une préoccupation accrue du facteur humain au sein des CA
Édition du 24 Mai 2014 | Nathalie Vallerand
Être administrateur, une lourde responsabilitĂ©
Édition du 10 Mai 2014 | Nathalie Vallerand
Stratégie d'affaires: jamais sans mon conseil d'administration
Édition du 26 Avril 2014 | Nathalie Vallerand
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'occasion est belle pour Apple de se comporter Ă  nouveau comme Wayne Gretzky

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...

Sur LesAffaires cette semaine: Couche-Tard, Le ChĂąteau et Descartes Systems

Il y a 30 minutes | Yannick Clérouin

Couche-Tard et Descartes devraient afficher une bonne croissance, mais pour les deux, les acquisitions sont dans la mire

Holvi, la start-up finlandaise qui veut remplacer les banques

31/08/2014 | Julien Brault

BLOGUE. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a lancé une banque en ligne.