Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Transat : des actionnaires augmentent la pression sur la direction

Publié le 15/03/2012 à 15:33, mis à jour le 15/03/2012 à 17:54

Par Mathieu Lavallée

Photo : Benjamin Nantel, LesAffaires.com

Quelques actionnaires ont pressé de questions la direction de Transat A.T. lors de l’assemblée des actionnaires ce jeudi à Montréal, alors que l’entreprise a creusé sa perte au premier trimestre 2012 selon les résultats publiés ce matin.


Déjà, Transat faisait face à deux propositions d’actionnaires déposées par le gestionnaire de portefeuille Montrusco Bolton visant à établir un vote consultatif des actionnaires sur la rémunération de la direction et la division des postes de président du conseil et de président et chef de la direction.


Lire aussi Gouvernance: Transat accepte deux compromis


Si la proposition sur le vote consultatif a été adoptée avec une large majorité (presque 96 %), celle sur la scission des deux présidences n’a obtenu que 21,4 % d’appuis.


À ce sujet, celui qui occupe les deux fonctions, Jean-Marc Eustache, a longuement expliqué en conférence de presse pourquoi il tenait à conserver à la fois le titre de président du conseil et celui de président et chef de la direction. Il a cette entente avec les actionnaires et l’entreprise depuis longtemps, a-t-il souligné.


Au-delà de la direction de l’entreprise, Christian Godin, gestionnaire de portefeuille chez Montrusco Bolton, a aussi interrogé la direction sur sa rémunération, qui s’est vu offrir des hausses salariales de 5 % et des bonis équivalents à 100 % du salaire de base depuis quelques années même si les résultats n’ont pas été au rendez-vous et que l’action a perdu plus de 80 % depuis 2007. « Les employés de Transat n’ont pas eu ces mêmes augmentations de 5 % », a-t-il insisté.


John Thompson, administrateur et président du comité de ressources humaines et de rémunération, a répliqué qu’il y avait eu un ajustement alors que les cachets étaient sous le marché depuis quelques années déjà, sans oublier les questions de rétention pour les dirigeants. Aussi, la stratégie adoptée par ceux-ci n’était pas en cause dans les résultats des dernières années, a-t-il ajouté.


Un employé actionnaire, Alain Trudel, a pour sa part mis en lumière les problèmes du côté de l’embauche et la rétention du personnel naviguant, soulignant que les coûts que cela engendre sont importants.


Un autre actionnaire, Michel Laurin, a questionné M. Eustache sur la concurrence que subit l’aéroport de Montréal avec ceux de Plattsburgh et de Burlington.


« C’est clair que nous avons un message pour les autorités canadiennes qu’il faut diminuer le fardeau avec les aéroports canadiens », a rappelé M. Eustache en concédant que la clientèle de l'aéroport s’érode de plus en plus.

Sur le même sujet

Québec détient la plus haute proportion de femmes membres de CA

04/03/2014 | DĂ©borah Cherenfant

Oui, Québec détient la plus haute proportion de femmes membres de conseils d’administration (19,8 ...

Fonds FTQ: le gouvernement Marois hausse le ton

05/02/2014

La ministre Maltais presse les gestionnaires du Fonds de présenter de nouvelles règles de gouvernance rapidement.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick ClĂ©rouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, Ă  l'image des FNB? RĂ©ponse Ă  notre lecteur