Vive 375! Les retombées ne se font pas attendre

Offert par Les Affaires

Publié le 20/07/2017 à 13:38

Vive 375! Les retombées ne se font pas attendre

Offert par Les Affaires

Publié le 20/07/2017 à 13:38

L’illumination du pont ­Jacques-Cartier, réalisée par ­Moment ­Factory, se veut un élément de promotion inestimable pour illustrer le talent et le ­savoir-faire créatif de ­Montréal.

Les festivités du 375e anniversaire de Montréal vont déjà bon train et font régulièrement les manchettes. Outre faire parler d'elles au Québec, toutefois, ont-elles réussi à engendrer des retombées concrètes pour les Montréalais? Petit bilan provisoire de l'impact de l'anniversaire de la métropole.


Une chose est sûre, beaucoup d'études ont rapporté des grandes retombées économiques pour des événements similaires ailleurs au Québec. Le 375e anniversaire de Trois-Rivières, par exemple, célébré en 2009, aurait selon le comité organisateur généré plus de 20,3 millions de dollars (M$) de retombées dans la région : 5,3 M$ pour l'embauche de fournisseurs, d'artistes et d'artisans locaux ; 8 M$ en retombées directes et indirectes des événements eux-mêmes ; et 7 M$ en valeur économique créée par les articles de journaux parus ailleurs au Canada et traitant de l'anniversaire.


À Québec, le 400e aurait lui aussi généré des retombées. Selon le Bureau de la Capitale-Nationale, l'impact économique des célébrations aurait été de 8 742 emplois et de 438 M$ de valeur ajoutée.


Aucune estimation des retombées n'a cependant encore été publiée pour le 375e de Montréal. Le concept de retombées est toutefois régulièrement critiqué par les économistes, notamment parce qu'elles représentent souvent un déplacement de dépenses plutôt qu'une création de valeur : un dollar dépensé dans une célébration signifie qu'un dollar ne peut pas être dépensé ailleurs.


Un cadeau pour l'avenir


Paul Arseneault, titulaire de la Chaire de tourisme Transat et directeur du Réseau de veille en tourisme, croit qu'il faut chercher le succès du 375e de Montréal dans les legs, soit les investissements publics et privés dont profiteront les Montréalais pendant des années après les festivités. «Là-dessus, on peut se dire mission accomplie», affirme-t-il.


La réhabilitation de la gare maritime Iberville et de la jetée Alexandra est un bon exemple. Le nouveau terminal de croisières, qui a accueilli son premier navire le 10 juin dernier, permettra de donner une meilleure expérience aux voyageurs et aura un impact culturel. L'Administration portuaire de Montréal y présentera une exposition gratuite sur l'histoire du port de Montréal. Le centre d'interprétation portuaire, le toit vert et la grande place publique donneront également à la population un meilleur accès au fleuve.


Le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie, l'amphithéâtre du parc Jean-Drapeau et le nouveau pavillon du musée Pointe-à-Callière sont des exemples de projets qui, selon Paul Arseneault, n'auraient pas vu le jour sans le 375e.


Les célébrations ont aussi réussi à orienter les regards du monde entier vers la métropole. M. Arseneault, en visite dans la ville française d'Angers au moment de son entrevue avec Les Affaires, dit l'avoir observé lui-même sur le terrain. «En France, il y a un vrai buzz sur le Québec et sur Montréal. Beaucoup de gens m'ont dit que leurs enfants étudiaient dans la métropole, qu'ils avaient envie d'y aller et qu'ils voudraient même vraiment y vivre.»


Des touristes attirés


La métropole, qui a fracassé son record de nombre de touristes l'an dernier en accueillant plus de 10 millions de visiteurs, pourrait battre de nouveau son record cette année, estime Tourisme Montréal. L'attrait des célébrations du 375e expliquerait en partie ce succès. Au début de l'année, Tourisme Montréal et les économistes du Conference Board du Canada avaient d'ailleurs dit s'attendre à ce qu'au moins 10,7 millions de visiteurs viennent à Montréal, un sommet depuis les Jeux olympiques de 1976.


Pas étonnant que la métropole brille autant. Tourisme Montréal a accueilli cette année 70 journalistes étrangers durant le mois de mai. C'est plus que le double par rapport à 2016, alors qu'elle en avait accueilli 34. L'organisme a également fait de la promotion en France, en Ontario, aux États-Unis, au Mexique et en Chine.


Hubert Bolduc, le PDG de Montréal International, un organisme dont la mission est d'attirer les investissements, les organisations et les talents étrangers, a d'ailleurs accordé une entrevue en juin à la chaîne Science and Education de Beijing TV. C'était une occasion pour l'organisme de s'adresser aux investisseurs chinois, qu'il tente de cibler de plus en plus, et de passer le message que Montréal est le meilleur endroit pour investir en ce moment. Le rayonnement et la presse positive dans les médias internationaux contribuent à faciliter son travail, qui consiste essentiellement à mettre la métropole sur le radar des étrangers.


Vendre une ville


Vendre une métropole étant plus intangible que vendre des portes et des fenêtres, la réputation d'une ville, sa marque de commerce, a une importance primordiale, explique Christian Bernard, l'économiste en chef de Montréal International. «Avec le 375e, on envoie le signal d'une ville vibrante où il fait bon vivre, d'une métropole confiante en son avenir et ouverte sur le monde.»


L'illumination du pont Jacques-Cartier, réalisée par Moment Factory, se veut donc non seulement un événement de divertissement d'envergure, mais aussi un élément de promotion inestimable pour illustrer le talent et le savoir-faire créatif de Montréal, ville d'innovation. Montréal International compte d'ailleurs utiliser des visuels du pont pour vendre la ville au reste du monde, un peu comme il le fait déjà avec le Cirque du Soleil.


S'il est trop tôt pour l'assurer, Montréal International se dit persuadé de pouvoir attirer plus d'investissements dans la métropole cette année que l'année dernière, où un record de 1,35 milliard de dollars avait été établi.


Peut-être même que la ville réussira à convaincre des visiteurs et des talents étrangers, impressionnés par les célébrations du 375e ainsi que par le caractère festif de la ville, de défaire leurs valises pour rester à Montréal, dit le vice-président de Tourisme Montréal, Pierre Bellerose. «Après l'Expo 67, beaucoup de visiteurs ont eu un coup de coeur pour Montréal et ont décidé de rester, dit-il. Le 375e n'aura pas un effet aussi fort, mais pourra sans doute créer un tel élan.»


Par-dessus tout, Paul Arseneault estime que les festivités ont jusqu'à ce jour été fortement appréciées par les Montréalais eux-mêmes. «Pourtant, on a tellement de beaux événements à Montréal que l'on est parfois blasé. On est habitué à l'extraordinaire. Nous nous demandons parfois si nous serons capables de créer quelque chose d'assez monumental.»


Jusqu'à maintenant, les événements du 375e ont selon lui été de véritables succès populaires, des succès d'estime et des succès de foule qui ont marqué l'imaginaire. Et c'est peut-être ça, la plus grande retombée.


 


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Éloge de la laideur

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que–tenez-vous bien!– elle peut se révéler être un avantage concurrentiel énorme...

Escalader un mur d'inquiétude

Édition du 14 Octobre 2017 | PHILIPPE LE BLANC

Les Américains ont une expression que j'aime bien : «climbing a wall of worry». Il est vrai que les marchés ...

OPINION Pauvres milléniaux!
Mis à jour le 10/10/2017 | Olivier Schmouker
Le dollar canadien a touché un creux de 5 semaines
06/10/2017 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
L'économie du Québec en plein essor
Édition du 07 Octobre 2017 | Pierre Cléroux

À la une

Airbus prend le contrôle du CSeries: bonne ou mauvaise nouvelle?

16/10/2017 | François Pouliot

Bonne ou mauvaise nouvelle? Des questions demeurent sur la valeur du placement du gouvernement du Québec. Mais, bonne.

Quelques éclaircissements sur la vente de la CSeries

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Sous le couvert de l'anonymat, un ingénieur d'Airbus témoigne...

«La plainte de Boeing n'a rien à voir», assure Bombardier

16/10/2017 | Martin Jolicoeur

Le bras de fer qui l'oppose à Boeing n'expliquerait en rien la prise de contrôle du CSeries par Airbus.