Placements garantis : recours collectif autorisé contre Manuvie

Publié le 13/07/2011 à 18:30

Placements garantis : recours collectif autorisé contre Manuvie

Publié le 13/07/2011 à 18:30

L’assureur torontois n’en a pas encore terminé avec tous les problèmes causés par ses fonds de placements garantis : la Cour supérieure du Québec accorde à des investisseurs québécois l’autorisation d’intenter un recours collectif contre Manuvie.


Les requérants, la caisse de retraite Bâtirente, affiliée à la CSN, et le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (Médac), allèguent que la société financière aurait commis des infractions à la Loi sur les valeurs mobilières en ayant omis de divulguer des informations matérielles importantes aux détenteurs de titres.


La poursuite soutient ainsi que l'assureur n'aurait pas divulgué l'exposition au risque de ses produits garantis (notamment ceux de la famille Revenu Plus). Un avis provisoire de la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario relatait d'ailleurs, en juin 2009, que Manuvie n'avait pas respecté ses obligations d'information continue dans le cas de ses fonds distincts et de ses rentes à capital variable.


C'est là une infraction statutaire qui aurait gonflé le titre, lequel a perdu plus de la moitié de sa valeur dans l'année suivant l'annonce d'une perte de 1,8 G$ au dernier trimestre 2008. Encore en 2010, Manuvie affichait une perte de 2,4 G$ au second trimestre. Dans l'intérim, l'assureur mettait un terme au programme Revenu Plus, augmentait ses réserves de 5 G$ et subissait la décote.


Par ailleurs, les investisseurs plaident la responsabilité civile des dirigeants, qui n'auraient pas fait preuve de la diligence requise pour s'assurer que les produits garantis étaient convenablement couverts pour le risque. Les requérants allèguent la « possibilité que la Société Financière Manuvie ait autorisé ou émis des documents publics ou tenu publiquement des propos contenant des informations inexactes, incomplètes, fausses ou trompeuses en ce qui a trait aux produits garantis de Manuvie ».


On allègue en outre qu'il y aurait eu faute « qui aurait eu pour effet d'influencer ou manipuler les investisseurs et d'influencer la valeur ou le cours des actions ».


Le nœud du problème se trouve dans la gestion déficiente du risque dont aurait fait preuve l'assureur, à qui on reproche notamment de ne pas avoir divulgués plusieurs changements mnatériels importants relativement à cette gestion.


En clair, la requête allègue que Manuvie aurait cessé d'atténuer les risques sur le capital, n'aurait pas suffisamment diversifiés ses placements et son risque, en plus d'être dotée d'une réassurance insuffisante. Quand les marchés se sont effondrés, en 2008, les produits garantis de Manuvie ont été particulièrement vulnérables.


Le recours autorisé, un juge se penchera donc sur le fond de l'affaire.


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Les comptables, nouveaux chevaliers de la cybersécurité

Édition du 06 Mai 2017 | Anne Gaignaire

Yahoo, Ashley Madison et, plus près de nous, la Coop fédérée, Radio-Canada, l'Ordre des ingénieurs et même le CPE ...

La police recherche 7 millions $ dans les bureaux parisiens d'Uber

29/03/2017 | AFP

La police judiciaire a mené mercredi une opération dans des locaux de la société à Aubervilliers.

À la une

Buffett sort un autre lapin de son chapeau avec Home Capital

Qui aurait pu prévoir que le célèbre investisseur viendrait à la rescousse du trouble prêteur torontois?

Les paris Home Capital et Equitable Group

Édition du 20 Mai 2017 | François Pouliot

CHRONIQUE. Prêt à mettre quelques pièces dans les machines à sous?

À surveiller: Bombardier, Médiagrif et Loblaw

Que faire avec les titres de Bombardier, Médiagrif et Loblaw.