Terres à bois : où s'en vont les prix?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Terres à bois : où s'en vont les prix?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

[Photo: Shutterstock]

Un nombre grandissant de propriétaires forestiers éprouvent de la difficulté à rentabiliser la production de bois. Curieusement, le prix des lots de forêt privée poursuit néanmoins son ascension. Que se passe-t-il ? Le secteur peut-il encore être un bon investissement ?


On n'achète pas un petit bout de forêt privée pour des miettes de pain. Un lot à bois fait 100 acres (100 fois 43 560 pieds carrés) ou, dans une autre unité de mesure, 40 hectares. Les lots à moins de 100 000 $ se font rares. La règle du pouce parle d'un prix minimal d'environ 1 000 $ l'acre ou 2 500 $ l'hectare. Mais les prix peuvent varier d'une région à l'autre.


La Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) estime que la valeur foncière forestière moyenne par unité d'évaluation en Estrie (sans égard à la superficie des unités concernées) est passée de 37 529 $ à 128 523 $, de 1997 à 2012, un bond de 242 %. En fait, toutes les régions ont assisté à une croissance de valeur foncière soutenue, avec une moyenne de 159 %.


«Comme dans l'immobilier, la localisation peut jouer pour beaucoup, dit Marc-André Côté, directeur général de la FPFQ. Plus un lot est situé près d'un grand centre, plus c'est cher», ajoute l'ingénieur forestier. Un boisé privé sera donc plus coûteux en Estrie qu'en Gaspésie.


À titre d'illustration, vous pourriez avoir à débourser jusqu'à 7 500 $ l'hectare pour un lot complet en Montérégie, soit la rondelette somme de 300 000 $. Dans la MRC de La Matanie, une analyse sommaire des ventes de terrains répertoriés en 2012 et en 2013 dévoile un prix moyen de 1 300 $ par hectare. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Régis Bonneau, directeur de la firme Cévimec-BTF, estime de son côté qu'un hectare de forêt mature de résineux de bonne qualité coûte actuellement de 3 000 à 3 600 $.


Jean-François Arteau, évaluateur agréé de la firme Servitech, de Québec, souligne que l'évaluation foncière d'une forêt privée est fondée sur l'analyse des ventes de terrains comparables. La méthode comparable est également privilégiée pour l'évaluation des résidences et des chalets. «Nous recensons les transactions des terres sur un même territoire, et nous tentons de déterminer un taux unitaire moyen par hectare pour des terrains possédant les mêmes caractéristiques physiques telles que la superficie, le couvert forestier, la topographie, l'accès, etc.», explique-t-il.


Des prix élevés, compte tenu du marché du bois


Étant donné la situation du marché, les prix des lots à bois sont actuellement jugés élevés par plusieurs observateurs. Le prix du bois évolue en dents de scie depuis quelques années et ne semble pas justifier la hauteur des transactions actuelles. Les banques prêtent généralement avec plus de prudence, et les habitués du secteur recommandent d'avoir le même comportement. «Prévoyez une mise de fonds équivalente à 50 % du montant de la vente, en argent ou par l'équité disponible sur un autre bien immobilier», explique David Couture, courtier immobilier et ingénieur agricole pour le compte de Sutton.


«Ne vous attendez pas à générer des revenus substantiels de votre terre : par conséquent, limi-tez votre endettement à l'achat», renchérit Sara de Grady, associée de David Couture.



image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Où le Russell 2000 va, le S&P/TSX suivra-t-il?

BLOGUE. Le Russell 2000 enfile les records. Le S&P 500 s'en fout, mais le S&P/TSX pourrait s'en inspirer.

La drôle de guerre du bois d'œuvre

23/05/2018 | François Normand

Les négociations sont au point mort, et le grand perdant est le consommateur américain. Voici pourquoi.

À la une

DavidsTea vendra maintenant ses thés en épicerie

Il y a 53 minutes | Martin Jolicoeur

Il s'agit d'un revirement de stratégie complet pour la montréalaise, inscrite au Nasdaq.

D-Box réduit sa perte nette au premier trimestre

Il y a 42 minutes | Denis Lalonde

D-Box a vu sa perte nette reculer à 229 000$ pour son 1er trimestre, grâce à une hausse de 17% de ses revenus.

Tinder: sulfureuses accusations et poursuite judiciaire

13:49 | AFP

Ils l'accusent d'avoir «manipulé» les informations financières pour les priver de milliards de dollars leur revenant.