Nouveau record de production chez Osisko

Publié le 12/11/2012 à 11:37, mis à jour le 12/11/2012 à 11:39

Nouveau record de production chez Osisko

Publié le 12/11/2012 à 11:37, mis à jour le 12/11/2012 à 11:39

Par Martin Jolicoeur

La Corporation Minière Osisko annonce un nouveau record mensuel de production le mois d'octobre à sa mine phare Canadian Malartic.


L'usine a traité un nouveau record de 1,5M de tonnes au cours du mois d'octobre produisant durant ce mois un total de 36 440 onces d'or.


Selon le communiqué de l’entreprise, la capacité du circuit de concassage et de broyage a continué de s'améliorer et de dépasser la capacité pendant le début de novembre.


L'objectif de capacité nominale de 55 000 tonnes par jour à l'usine Canadian Malartic a systématiquement été dépassé durant les quatre premiers jours de novembre, avec l'établissement d'un autre record de production quotidienne de 58 476 tonnes, le 4 novembre.


Peu après 11hres, à la Bourse de Toronto, l'action d'Osisko se transigeait à 9,20$, en baisse de 0,62$ ou de 6,31%. Depuis un an, le titre d'Osisko a perdu 2,48$ ou 20,16%.


 


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Titres Ă  surveiller

Édition du 02 Août 2014 | François Pouliot

Voici les titres Ă  surveiller: Canadien National, SNC-Lavalin, Colabor, Osisko, Amazon, DHX Media

Ă€ surveiller: Dollarama, la nouvelle Osisko et Herbalife

Que faire avec les titres de Dollarama, Redevances aurifères Osisko et Herbalife? Voici quelques recommandations ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les Canadiens paient plus de 500 M$ par année pour des factures imprimées

16:09

Les Canadiens paient cher pour recevoir des exemplaires imprimés de leurs factures et leurs états de compte.

Bourse: les marchés prennent leur souffle, la Nationale gagne 3%

Il y a 24 minutes | LesAffaires.com et AFP

Dans une séance sans mouvement, Toronto recule légèrement avec Tim Hortons. La Nationale gagne 3%.

Un retrait de la Fed fait moins peur aux investisseurs

14:20 | Jean Gagnon

Depuis peu, la perspective d'une hausse des taux par la Fed ne terrorise plus les marchés. Pourquoi?