Jean-Paul Gagné : Chinalco, une menace pour le Québec?

Publié le 13/02/2009 à 00:00

Jean-Paul Gagné : Chinalco, une menace pour le Québec?

Publié le 13/02/2009 à 00:00

Par Jean-Paul Gagné
Chinalco investira 19,5 milliards (G) de dollars US dans Rio Tinto, dans laquelle elle détient déjà un intérêt de 9 %. Cet investissement se divise en deux éléments :



1. Il y a d’abord l’achat de 7,2 G$ de débentures, qui, après leur conversion en actions, donneront à Chinalco un intérêt de 18 % dans Rio Tinto;



2. l’autre portion est un investissement de 12,3 G$ dans des installations existantes de Rio Tinto. Chinalco acquerra ainsi 49,75 % de la mine de cuivre Escondia au Chili et des intérêts dans des mines de Rio Tinto en Australie. Les deux sociétés investiront aussi chacune 500 M$ dans un projet conjoint.



Grâce à cet apport en capital, Rio Tinto pourra rembourser 8,9 G$ sur sa dette en octobre et faire un autre paiement de 10 G$ en 2010.



Emprise chinoise



Rio Tinto aurait certainement préféré un bailleur de fonds non chinois, mais c’est en Chine que se trouve actuellement le plus grand réservoir de capitaux. Après s’être brûlé avec des investissements dans des banques américaines en 2007, les Chinois ont fermé les robinets et attendu que les valeurs baissent avant d’investir dans d’autres entreprises. Une occasion en or vient de se présenter et Chinalco l'a saisie. Ce sera le plus important investissement d’une société chinoise à l’étranger si la tranasaction n'est pas bloquée, ce que pourrait tenter de faire l'Australie.



Rio Tinto est un bon placement pour Chinalco pour deux raisons : 1. Elle acquiert des débentures (elles viennent en deux tranches) qui lui rapporteront 9 % et 9,5 % d’intérêt respectivement en attendant leur conversion; 2. elle sécurise des approvisionnements en fer, en aluminium, en cuivre et en d’autres métaux pour les transformateurs et les fabricants chinois.



Alcan sous influence chinoise



La transaction permet à une société contrôlée par un État communiste de devenir éventuellement le plus important actionnaire d’une des plus importantes sociétés du monde. Or, la Chine ne voit pas toujours les choses de la même manière que les pays capitalistes.



Cela pourrait affecter l’avenir d’Alcan, qui pourrait être influencé par Chinalco, qui aura deux sièges au conseil d’administration de Rio Tinto.



Cette influence pourrait être positive de deux façons : 1. Le renforcement de la structure de capital de Rio Tinto diminue la menace d’un report de la construction de l’usine expérimentale avec la nouvelle technologie AP50 qu’Alcan projette de construire à Saguenay; 2. la transaction peut ouvrir de nouvelles occasions de marché en Chine pour Alcan.



Celle-ci peut aussi s’avérer négative, car Chinalco pourrait amener Alcan à investir davantage en Chine plutôt qu’au Québec.



Comment réagissez-vous à cette transaction ?



La jugez-vous humiliante pour la direction de Rio Tinto, qui a dû se résoudre à un sauvetage par un État communiste ?



Êtes-vous plutôt positif ou plutôt négatif quant à l’impact qu’aura sur l’avenir d’Alcan et sur le Québec l’influence qu’exercera Chinalco sur Rio Tinto ?



Croyez-vous que l’influence de la Chine s’accroîtra fortement dans les prochaines années puisque celle-ci dispose de capitaux importants, alors que les États-Unis ne cessent d’accroître leur endettement ?

image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Jeudi 06 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations Ă  court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: