Bâtirente et les Fonds éthiques poursuivent Sino Forest

Publié le 26/09/2011 à 16:39, mis à jour le 26/09/2011 à 16:45

Bâtirente et les Fonds éthiques poursuivent Sino Forest

Publié le 26/09/2011 à 16:39, mis à jour le 26/09/2011 à 16:45

Par La Presse Canadienne

Une nouvelle poursuite a été intentée au nom des actionnaires de la firme déchue Sino-Forest, cette fois-ci par le gestionnaire Placements NordOuest & Éthiques et le Comité syndical national de retraite Bâtirente (CSN).


La poursuite prend la forme d'une demande de recours collectif au bénéfice des investisseurs qui ont acheté des actions ou des titres de dette de l'exploitant forestier chinois entre le 17 août 2004 et le 2 juin 2011.


Sino-Forest (TSX:TRE), qui a déjà été l'entreprise forestière à plus forte capitalisation de la Bourse de Toronto, a vu ses actions chuter brusquement et a été placée sous la loupe des autorités réglementaires après que le vendeur à découvert Muddy Waters ait allégué des irrégularités quant à ses ventes et à ses actifs, au printemps.


La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario et le conseil d'administration de Sino-Forest enquêtent tous deux sur les allégations.


La période de réclamation de la poursuite dénute deux ans et demi plus tôt qu'une autre poursuite déposée le mois derier par les cabinets d'avocats Koskie Minsky LLP de Toronto et Siskinds LLP de London, en Ontario, au nom de deux régimes de retraite syndicaux.


Les deux demandes de recours collectif allèguent que défendeurs ont présenté de manière inexacte les activités et les résultats financiers de Sino-Forest.


Les actions de l'entreprise ont été négociées la dernière fois le 25 août au cours de 4,81 $, à la Bourse de Toronto. Les opérations sur le titre ont été suspendues depuis. L'action de Sino-Forest s'échangeait à plus de 25 $ en mars.


Outre Sino-Forest, dont le siège social est situé en Ontario mais dont toutes les activités se déroulent en Chine, la poursuite cible ses vérificateurs, 15 firmes financières, des firmes de consultats forestiers de même que 20 administrateurs et hauts dirigeants de la compagnie.


C'est la première fois de son histoire que Placements NordOuest & Éthiques opte pour une telle solution de "dernier recours" pour protéger les investisseurs, a indiqué une vice-président de la firme, Bob Walker, dans un communiqué publié lundi.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bois d'oeuvre : inventer l'arbre 2.0

Édition du 23 Septembre 2017 | Yan Barcelo

Malgré le conflit du bois d'oeuvre avec les concurrents américains, l'industrie québécoise du bois connaît une ...

À la recherche de nouveaux débouchés

Édition du 23 Septembre 2017 | Yan Barcelo

«Tout l'effort de recherche chez FPInnovations vise à sortir l'industrie de l'économie du "deux par quatre"», lance ...

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.