Aluminium: le Canada joint les États-Unis contre la Chine à l'OMC

Publié le 31/01/2017 à 10:47

Aluminium: le Canada joint les États-Unis contre la Chine à l'OMC

Publié le 31/01/2017 à 10:47

Par François Normand

Le Canada, le Japon et la Russie demandent à participer aux consultations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le dossier de l'aluminium chinois.


Le 12 janvier, l'administration Obama a déposé une plainte formelle à l'OMC contre le gouvernement chinois qu'elle accuse de subventionner ses grandes alumineries. Une pratique qui garde les prix mondiaux de l'aluminium bas, car la Chine compte pour plus de 50% de la production mondiale du métal blanc.


Le 27 janvier, le Canada - de même que la Russie et le Japon - a fait savoir à la Chine et aux États-Unis qu'il comptait lui aussi participer aux consultations à l'OMC sur cet enjeu.


Le Canada est le troisième producteur d'aluminium dans le monde, avec une production de 3,2 millions de tonnes. Les alumineries canadiennes exportent dans divers marchés comme les États-Unis, la Chine, la France, le Japon, la Corée du Sud, le Mexique, les Pays-Bas et la Norvège.


Depuis la récession mondiale de 2008-2009, le prix de l'aluminium au London Metal Exchange a chuté de plus de 40% pour s'établir à 1 802 $US la tonne ce mardi 31 janvier, selon Bloomberg.


Les États-Unis accusent la Chine d'être principalement responsable de cette situation. Pourquoi? Parce que la Chine produit plus de 50% de l'aluminium dans le monde et exporte ses surplus dans le monde -mais très peu aux États-Unis.


Résultat, l'offre excédentaire du métal blanc tire les prix vers le bas, ce qui affecte tous les producteurs dans les pays développés, au premier chef aux États-Unis, où plusieurs alumineries ont cessé leur production depuis trois ans.


L'OMC pourrait prendre de 3 à 4 ans avant de prendre une décision à propos de la plainte que les Américains s'apprêtent à déposer, selon des sources de l'industrie. Cela dit, la Chine et les États-Unis - ainsi que le Canada, la Russie et le Japon - pourraient aussi arriver à s'entendre en marge de ce processus pour permettre aux prix de revenir à des cours plus normaux.


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

La renégociation de l'ALÉNA menace les alumineries du Canada

13/04/2017 | François Normand

Washington veut revoir les règles d'origine. Voici pourquoi cela représente un risque pour les alumineries canadiennes.

Shawinigan réinvente son économie

Édition du 08 Avril 2017 | René Vézina

FOCUS SHAWINIGAN. «On revient de loin, tout est à bâtir». Ces mots sont de Michel Angers, le maire de Shawinigan, ...

OPINION Philippe Morin, Président-directeur général, EXFO
Édition du 08 Avril 2017 | Les Affaires
Le Québec en bref
Édition du 11 Mars 2017 | Les Affaires
Une certification favorable aux alumineries québécoises
Édition du 25 Février 2017 | François Normand

À la une

Immobilier: cette astuce vous permet de réduire votre mise de fonds

26/04/2017 | Yvan Cournoyer

BLOGUE INVITÉ. Cette technique «créative» permet d’augmenter ses rendements sur un investissement immobilier.

Téo Taxi: rien à envier aux algorithmes de Facebook

26/04/2017 | Alain McKenna

L'intelligence artificielle fait ici bien plus qu'orchestrer le ballet des taxis électriques.

Rumeur de retrait de l'ALÉNA: Trump peut-il le faire?

26/04/2017 | François Normand

Les États-Unis envisageraient de se retirer de l'ALÉNA de façon imminente. Cette démarche serait très compliquée.