Îlot Voyageur: Groupe Aquilini investit 150M$ pour construire 700 logements

Publié le 05/07/2013 à 12:07, mis à jour le 05/07/2013 à 13:22

Îlot Voyageur: Groupe Aquilini investit 150M$ pour construire 700 logements

Publié le 05/07/2013 à 12:07, mis à jour le 05/07/2013 à 13:22

Par Yannick Clérouin

L’îlot Voyageur, à Montréal, trouvera enfin sa vocation. Le gouvernement Marois a confirmé vendredi la vente de la partie nord de l’îlot Voyageur au Groupe Aquilini de Vancouver, pour 45,5 M$.


La société détenue par une des plus riches familles de Colombie-Britannique se porte acquéreur des structures inachevées, du stationnement de 600 places, des locaux de la gare d’autocars ainsi que des droits superficiaires en vue de nouvelles installations.


Aquilini prévoit investir 150 M$, incluant l'acquisition des terrains et des bâtiments actuels situés dans la partie nord, pour construire plus de 700 unités d’habitation.


Le projet consiste en la construction d'unités d'habitation, en mode locatif et en copropriétés. Le projet prévoit un développement sur une superficie de 400000 pieds carrés, soit 250000 pieds carrés qui s'ajouteront aux bâtiments inachevés, a précisé le Groupe Aquilini.


Les activités d’exploitation de la Gare d’autocars de Montréal sont quant à elles transférées à l’Agence métropolitaine de transport (AMT).


«Les transactions annoncées aujourd'hui permettent de clore un important chapitre entourant le projet de l'îlot Voyageur. Pour ce qui est de la partie sud, différents scénarios sont à l'étude pour compléter la restructuration du projet», a expliqué le gouvernement.


Un des derniers bijoux de Montréal


«Le proramme n'est pas encore arrêté, mais le projet consiste principalement en la construction de logements locatifs abordables», a expliqué à LesAffaires.com Jocelyn Lafond, vice-président des opérations de l'entreprise. Le volet copropriétés viendra plus tard, a-t-il dit, précisant qu'il aurait une importance moindre que le volet locatif.


M. Lafond admet que le marché de la copropriété est moins intéressant à court terme, étant donné l'offre abondante et la demande qui faiblit. «Nous bâtissons pour être propriétaires à long terme et les logements locatifs correspondent à cette vision», note M. Lafond, qui représente la famille Aquilini au Québec.


M. Lafond voit un énorme potentiel dans le projet, compte tenu de son emplacement, qu'il qualifie de «bijou». «Le principal avantage de l'Îlot Voyageur, c'est son emplacement. C'est une des dernières très belles localisations restantes à Montréal.»


Le projet permettra selon lui de s'adresser à différentes clientèles étant donné qu'il se trouve à proximité de l'UQAM, de l'hôtel de ville, du futur hôpital du CHUM et éventuellement, d'un immeuble à bureaux.


L'entreprise n'a pas fourni d'échéancier quant à la réalisation des travaux. M. Lafond s'est par contre engagé, dans un souci de transparence, à convoquer les médias afin «de transmettre aux Montréalais plus de détails sur cet important projet résidentiel».


Le groupe est actif depuis 1979 au Québec. Il a entre autres construit 1200 unités d'habitations locatives à Montréal, dont 853 dans le projet Faubourg St-Laurent.


 


 


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?