Canderel et la CDPQ annoncent un investissement de 80M$ dans l'entreprise de centres de données eStruxture

Publié le 14/06/2017 à 05:00, mis à jour le 14/06/2017 à 10:02

Canderel et la CDPQ annoncent un investissement de 80M$ dans l'entreprise de centres de données eStruxture

Publié le 14/06/2017 à 05:00, mis à jour le 14/06/2017 à 10:02

Par Matthieu Charest

[123RF]

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ainsi que la firme immobilière Canderel viennent d’annoncer un investissement de 80 millions de dollars dans eStruxture.


La nouvelle entreprise d’exploitation de centres de données infonuagiques aura son siège social à Montréal.


La nouvelle société est née à la suite de l’acquisition de Netelligent Hosting Services par Todd Coleman, le nouveau président-directeur général. Le centre de données est situé dans la Tour de la Bourse.


L’américain, qui compte plus de vingt ans d’expérience dans le secteur, a été l’un des partenaires fondateurs de l’entreprise Cologix.


La coloradienne dénombre 25 centres de données, dont sept à Montréal, plus de 200 employés et 1600 clients.


M. Coleman se remet donc à bâtir un empire avec l’appui de la CDPQ, Canderel, et un prêt de la Banque Nationale. Il a lui-même investi 2,5 M$ dans l’aventure.


«Nous sommes en train de regarder activement ce que nous pourrions construire et bâtir sur le territoire canadien», a-t-il affirmé en entrevue avec Les Affaires.


Canderel sera un allié de choix dans cette expansion. «Dans notre secteur, nous sommes très dépendant du marché immobilier», explique le président-directeur général. Bien sûr, les centres de données prennent de la place, et les améliorations locatives à apporter sont très, très dispendieuses.


«Afin d’aménager des locaux, nous pouvons investir entre 1200$ et 1700$ du pied carré. Ça fait de nous des locataires très intéressants. Et je pense que Canderel pourra nous aider à cet égard.»


Le fondateur et président de la direction de Canderel a d’ailleurs affirmé par voie de communiqué que «nous avons l’intention de partager notre expertise et notre réseau avec eStruxture […]» 


Outre cet appui de taille, le Québec et le Canada offrent de nombreux avantages aux entreprises de centres de données en général.


Outre la nordicité, qui permet de refroidir les équipements, et les coûts alléchants de l’électricité au Québec, «les nombreuses occasions d’affaires, la proximité avec les États-Unis, mais sans instabilité politique, et les lois canadiennes quant aux données personnelles, qui sont à l’avant-garde», sont d’excellents arguments, croit Todd Coleman, pour démarrer eStruxture.


L’homme d’affaires, dont l’entreprise compte pour l’heure une trentaine d’employés, s’attend à de nouvelles rondes d’investissements et à accueillir au moins une dizaine de nouveaux employés d’ici la fin de 2017.


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

McGill veut former plus de professionnels en analyse des données

10/01/2018 | Denis Lalonde

L'Université McGill lance deux certificats de perfectionnement professionnel en science des données.

Utiliser les données, oui, mais pourquoi ?

Édition du 11 Novembre 2017 | Les Affaires

Les entreprises qui utilisent correctement leurs données peuvent en tirer de précieux avantages, soutient une étude ...

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

25/09/2018 | lesaffaires.com

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

25/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.