Garderies: des CPE vont couper des repas aux enfants

Publié le 31/03/2015 à 21:14

Garderies: des CPE vont couper des repas aux enfants

Publié le 31/03/2015 à 21:14

Par La Presse Canadienne

Photo: Shutterstock

Les petits enfants vont bientôt devoir se présenter à la garderie équipés de leur boîte à lunch.


Des CPE s'apprêtent à renoncer à servir des repas aux enfants, conséquence directe des nouvelles coupes budgétaires de 74 millions $ infligées au réseau des garderies dans le dernier budget Leitao.


En entrevue à La Presse Canadienne, mardi, le directeur général de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), Louis Sénécal, a été formel: en raison des nouvelles compressions imposées par Québec, les services aux enfants seront touchés directement et réduits.


À terme, c'est la vocation éducative du réseau qui paraît en jeu.


Depuis la publication du budget jeudi dernier, c'est le branle-bas de combat dans le réseau des services de garde. Les dirigeants de CPE sont atterrés et résignés à faire des choix déchirants, selon M. Sénécal.


Normalement, le coût de la place en service de garde subventionné inclut le repas du midi et des collations santé servis aux enfants. Parfois, aussi, le petit-déjeuner.


Tout cela est remis en question.


Depuis vendredi, l'AQCPE consulte ses membres pour décider comment conjuguer avec la nouvelle ponction de 74 millions $ annoncée par le ministre des Finances dans son budget 2015-2016.


Le lendemain de l'annonce, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a lancé un ultimatum au réseau: elle lui a donné trois jours pour choisir entre quatre scénarios de coupes, jugés tous plus catastrophiques les uns que les autres par les premiers intéressés.


Selon M. Sénécal, l'ultimatum de la ministre survient après toute une série de décisions (dont le changement du mode de financement avec des hausses de tarif, l'imposition de sanctions financières pour les «places fantômes» et d'autres coupes de 129 millions $ l'an prochain) qui trahissent la volonté du gouvernement libéral de "démembrer petit à petit" le modèle de services de garde éducatifs construit depuis une vingtaine d'années au Québec.


Il ne s'agit donc plus de gratter les fonds de tiroir pour faire des économies, mais de constater que le gouvernement semble déterminé à changer la nature même des services offerts par l'État, selon lui.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Au-delà des compressions de dépenses, un enjeu fédéral

Édition du 14 Juin 2014 | Jean-Paul Gagné

Si le gouvernement Couillard tient ses promesses, le budget du ministre Carlos Leitao ne représente qu'un très petit ...

Air Transat: les agents de bord acceptent les compressions financières

Mis à jour le 11/03/2013

Les agents de bord syndiqués du transporteur aérien Air Transat ont accepté, dans une proportion ...

OPINION

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.