Budget : les coupures massives viendront plus tard

Publié le 04/03/2010 à 18:04

Budget : les coupures massives viendront plus tard

Publié le 04/03/2010 à 18:04

Par La Presse Canadienne

Photo : lesaffaires.com

Dans un budget d'une austérité à laquelle les Canadiens n'étaient plus habitués, le gouvernement conservateur promet de mettre la hache dans les dépenses de l'appareil gouvernemental pour s'approcher de l'équilibre budgétaire d'ici cinq ans. Tout le travail ingrat est devant lui cependant, puisqu'il reste encore à déterminer où il faudra couper le gras.


Selon son budget déposé jeudi, le gouvernement fédéral enregistrera encore une fois un déficit vertigineux avoisinant les 50 milliards $ pour 2010-2011 _ près de 20 milliards $ de plus de ce qu'il avait prévu dans le budget de l'an dernier _ mais il espère réduire ce déficit à 1,8 milliard $ en 2014-2015.


Pour ce faire, les conservateurs comptent beaucoup sur la fin des programmes de stimulation économique mis en place pour faire face à la récession. Ils prévoient aussi une croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) de 2 pour cent leur permettant de renflouer les coffres de l'Etat.


La véritable tâche est cependant à venir pour les troupes de Stephen Harper, qui devront scruter de façon exhaustive les dépenses de l'appareil gouvernemental pour identifier les endroits où des coupes seraient possibles et ainsi dégager des économies.


Les budgets de fonctionnement des ministères seront gelés dès 2011, mais la Défense nationale sera épargnée et verra son budget croître à un rythme soutenu, passant d'environ 20 milliards $ cette année à 22 milliards $ en 2017-2018.


Le ministre Jim Flaherty promet par ailleurs de ne pas augmenter les impôts _ il compte toujours aller de l'avant avec ses réductions d'impôts pour les sociétés _ et de ne pas toucher aux transferts aux provinces, notamment en éducation et en santé.


Au total, il espère dégager 17,6 milliards $ en cinq ans en contenant les dépenses de l'Etat.


"Nous procédons de la même manière que les familles canadiennes lorsqu'elles gèrent le budget du ménage. Nous dépensons ce qu'il faut pour faire face aux urgences", a affirmé le ministre Flaherty dans son discours.


Malgré qu'on prévoit serrer la ceinture à l'appareil gouvernemental, la charge totale des programmes devrait malgré tout croître après avoir atteint un creux de 241,4 milliards $ en 2011-2012. Trois ans plus tard, elle aura grimpé de 15 milliards $, notamment en raison de l'accroissement des dépenses en Défense.


Le gouvernement estime malgré tout qu'il sera capable de réduire le déficit parce qu'il assume que la croissance au Canada sera au rendez-vous. Comme tous les gouvernements de la planète, il est toutefois tributaire de la santé économique et financière mondiale, ainsi que des imprévus qui sont souvent légion.


"Le risque potentiel est qu'ils font une projection sur cinq ans, et avec la volatilité dans l'économie mondiale (...), quelles sont les chances que nous subissions une nouvelle crise économique?", s'est demandé Kevin Dancey, président de l'Institut canadien des comptables agréés, en entrevue à La Presse Canadienne.


M. Dancey a contribué à élaborer la lutte au déficit à titre de fonctionnaire à l'époque où le libéral Paul Martin était ministre des Finances. Il est d'avis qu'il reste encore aux conservateurs de Stephen Harper à prouver qu'ils seront en mesure d'effectuer les coupes qu'ils envisagent de faire.


"La vraie question réside dans leur habileté à exécuter le budget. Il est très difficile de l'évaluer. On ne saura pas si le budget est un succès avant de constater leur capacité à le mettre en oeuvre", a-t-il conclu.


Par ailleurs, alors qu'Haïti commence à peine à se relever du tremblement de terre, les conservateurs gèleront l'aide internationale dès l'an prochain, pour plafonner à 5 milliards $ en 2010-2011.


"C'est un gros gouvernement, pour faire virer le paquebot (...) nous devons prendre des décisions difficiles", a noté le ministre Flaherty en point de presse. Et il assure que des coupes supplémentaires pourraient survenir si la réalité économique diffère de ses prévisions.


"Évidemment, nous pouvons restreindre davantage dans le futur si nécessaire", a-t-il souligné.


Comme ils l'avaient annoncé l'an dernier, les conservateurs terminent en 2010-2011 leur plan de relance économique avec des dépenses de stimulation économique s'élevant à 19 milliards $.


Dans les faits, cette somme inclut les frais encourus pour des réductions d'impôts aux particuliers déjà accordées et le fardeau supplémentaire incombant au régime d'assurance-emploi.


L'injection d'argent sonnant dans les infrastructures est en réalité de 7,7 milliards $. On compte par ailleurs 1,9 milliard $ pour la recherche, la commercialisation et l'appui à l'investissement privé, ainsi que 2,2 milliards $ en autres pour l'aide aux industries en difficulté.


Le ratio de la dette sur le PIB devra passer de 35,4 pour l'année fiscale à venir et redescendre à 31,9 pour cent dans cinq ans.


 

Sur le même sujet

Stephen Harper révise à la baisse la prévision de déficit budgétaire

EstimĂ© d'abord Ă  16,6 G$, le dĂ©ficit pour 2013-14 devrait plutĂŽt ĂȘtre de 5,2 G$, selon le premier ministre.

Radio-Canada : menaces sur un Ă©cosystĂšme

Les annonces de départs de journalistes bien connus comme Marie-Claude Lavallée ou Linden MacIntyre qui ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier Ă  MontrĂ©al, ce qui n'empĂȘchera pas les prix de progresser d'ici 2016.