Le marché de l'emploi change : aidons les jeunes à suivre la cadence

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2017

Le marché de l'emploi change : aidons les jeunes à suivre la cadence

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2017

[Photo : 123RF]

Les changements économiques et technologiques sans précédent qui ont lieu dans le monde actuel pèsent sur tous les jeunes. Avec cette nouvelle réalité du travail, il n'est pas étonnant que ceux-ci voient l'avenir avec incertitude.


Chaque jour, nous prenons connaissance de statistiques et lisons des articles faisant état de la pression créée par l'automatisation, les technologies et la réduction des emplois de premier échelon chez les jeunes. Bon nombre d'entre eux terminent leurs études mal préparés, sans avoir acquis les aptitudes, l'expérience ou les réseaux qui leur permettraient d'amorcer leur carrière avec succès.


D'ailleurs, selon Statistique Canada, il semble de plus en plus difficile de trouver un emploi à temps plein de qualité. En effet, le taux d'emploi des jeunes est semblable à celui des années 1970, mais la qualité des emplois s'est détériorée pour de nombreux jeunes.


Nous savons que l'éducation, la formation et l'expérience de travail jouent un rôle essentiel dans la vie d'un jeune. Elles leur ouvrent la voie vers la réussite, générant donc de la prospérité économique dont nous profiterons tous.


Il ne fait aucun doute que cette prospérité repose sur notre capacité à tirer parti de l'énergie, des aptitudes, de l'innovation et de l'optimisme des jeunes pour les aider à contribuer à la réussite de notre pays. Si la nouvelle économie pousse ceux-ci vers l'échec, ce sera notre échec à tous.


Posons-nous toutefois la question suivante : que pouvons-nous faire collectivement pour aider les jeunes à affronter ces trois obstacles importants ?


Manque d'expérience de travail pertinente


Un trop grand nombre de jeunes passent à côté d'importantes occasions en début de carrière, car ils sont pris dans le cercle vicieux «pas d'expérience, pas d'emploi». Leur manque d'expérience de travail pertinente nuit à leur recherche d'emploi, mais il leur est impossible de combler cette lacune si aucun employeur ne leur donne une chance. D'après McKinsey & Co., 83 % des éducateurs croient que les jeunes sont prêts pour le marché du travail, mais seulement 34 % des employeurs et 44 % des jeunes sont d'accord avec cet énoncé.


Manque d'aptitudes pertinentes


Dans un contexte économique qui évolue rapidement, les jeunes devront posséder un vaste éventail d'aptitudes techniques et de savoir-être, comme la littératie numérique, l'entrepreneuriat et l'intelligence sociale. Selon le Forum économique mondial, 33 % des aptitudes de base souhaitées pour occuper la plupart des emplois en 2020 seront différentes de celles d'aujourd'hui. L'année 2020, c'est demain !


Manque de réseaux professionnels


Les jeunes doivent établir des liens avec des gens qui sont déjà sur le marché du travail - des employeurs, des employés et des membres d'associations professionnelles. Dans le domaine du développement de carrière, on fait depuis longtemps la promotion du réseautage en tant qu'élément essentiel du passage réussi des études au marché du travail. Des études montrent des liens clairs entre le type et la portée du réseau d'une personne et la réussite professionnelle globale de celle-ci. Selon The Adler Group, 85 % de tous les postes sont pourvus grâce au réseautage, mais de nombreux jeunes ont l'impression de ne pas entretenir suffisamment de relations professionnelles ou de ne pas arriver à en établir.


En tant que gens d'affaires, politiciens, responsables de maisons d'enseignement ou de citoyens, nous avons la responsabilité de trouver des solutions aux défis particuliers que les jeunes doivent surmonter dans leur recherche d'un travail enrichissant. Il faut leur donner les outils afin qu'ils soient plus confiants, mieux préparés et mieux outillés pour faire face à l'avenir du monde du travail.


C'est ensemble qu'on aidera les jeunes à se prendre en main, à lancer leur carrière afin de créer une société plus prospère. Il en va de notre avenir.


Martin Thibodeau,
Président, Direction du Québec
RBC

Sur le même sujet

L'aéronautique québécoise est-elle à risque?

10/11/2017 | Martin Jolicoeur

Oubliez les difficultés de Bombardier. Ou les risques de délocalisation au Mexique, au Maroc ou en... Alabama.

La dette des ménages est le plus grand risque, dit Stephen Poloz

07/11/2017 | Stéphane Rolland

Entrevue. Le gouverneur de la Banque du Canada parle du risque que représente l’accroissement des dettes hypothécaires.

À la une

Attention aux conseils du beau-frère

Édition de Novembre 2017 | Simon Diotte

Il roule en grosse voiture, occupe un poste de cadre, porte la cravate et parle d'investissement d'un ton ...

La Fed relève ses taux pour la 3e fois

14:01 | LesAffaires.com et AFP

Robuste croissance, faible taux de chômage, relance fiscale: la banque centrale américaine a réagi comme prévu.

Les syndicats prévoient une guerre de tranchées entre Boeing et Bombardier

13:09 | Julien Arsenault, PC

À six jours d'une décision de Washington sur la CSeries, les représentants des travailleurs se montrent pessimistes.