Importation record aux États-Unis en provenance de la Chine

Publié le 02/11/2018 à 10:47

Importation record aux États-Unis en provenance de la Chine

Publié le 02/11/2018 à 10:47

Par AFP

Le déficit commercial des États-Unis s’est une nouvelle fois creusé en septembre enregistrant des importations record en provenance de Chine malgré les taxes douanières punitives imposées ces derniers mois par l’administration Trump.


Le déficit des biens et services s’est établi à 54 milliards de dollars avec des exportations en hausse de 1,5 % à 212,6 milliards et des importations également en hausse de 1,5 % à 266,6 milliards, selon les données publiées vendredi par le département du Commerce. 


À 37,4 milliards de dollars (+8,8 %), le déficit sur les échanges de marchandises avec Pékin est à un niveau jamais atteint, a noté l’administration américaine. 


Les consommateurs américains ont particulièrement été friands des vêtements, des jeux, des téléphones en provenance du géant asiatique tandis que les entreprises ont eu plus d’appétit pour les ordinateurs et accessoires informatiques ainsi que pour les équipements en télécommunication ou les moteurs d’avions civils.  


Ces données sont publiées alors que le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont fait part d’une reprise de dialogue jeudi et d’une probable rencontre à la fin du mois pour tenter de résoudre l’épineux dossier commercial.


Cumulé depuis le début de l’année, le déficit commercial des États-Unis avec le reste du monde s’inscrit en forte augmentation (+10,1 %) pour atteindre 445,16 milliards, a détaillé le département du commerce.


Ce déficit est plus élevé que prévu puisque les analystes tablaient sur 53,4 milliards de dollars. Avec le déficit enregistré en février (54,96 milliards), il constitue aussi un record pour un seul mois.


Si les exportations du secteur aéronautique civil se sont accrues de 1,2 milliard de dollars, les exportations du secteur alimentaire et des boissons ont diminué de 1 milliard.


Les exportations de soja ont également une nouvelle fois diminué, pénalisées par le conflit entre Washington et Pékin. La Chine est le principal importateur de soja américain, mais elle a imposé des taxes douanières additionnelles sur cette denrée en représailles aux taxes punitives américaines sur les marchandises chinoises. Ceci a pour effet de freiner les achats des importateurs chinois, qui avaient en outre fait des stocks avant l’application des taxes douanières.


Projet d’accord ?


Le président américain Donald Trump exige de son partenaire chinois qu’il mette fin à des pratiques commerciales jugées « déloyales ». Il exige notamment que Pékin ouvre davantage son marché aux biens américains, qu’il mette fin au « transfert forcé de technologies » ou encore aux subventions de certaines industries stratégiques.


Alors que les discussions sont au point mort depuis des mois, le locataire de la Maison-Blanche a fait part jeudi d’une « très bonne conversation » au téléphone avec son homologue chinois.


De son côté, le président chinois Xi Jinping s’est dit « très heureux » d’avoir de nouveau parlé avec Donald Trump et a affirmé qu’il attachait « une grande importance aux bonnes relations avec le président » américain, selon l’agence officielle chinoise Xinhua. 


Xi Jinping a également déclaré qu’il souhaitait rencontrer le président américain au sommet du G20 en Argentine qui aura lieu les 30 novembre et 1er décembre.


Selon l’agence d’informations Bloomberg, le président américain aurait demandé à des hauts responsables américains de travailler sur l’élaboration d’un texte d’accord commercial avec la Chine dans la perspective de cette rencontre.


Sollicité par l’AFP, le département du Commerce n’a pas réagi.


Washington et Pékin avaient déterré la hache de guerre en mai après une brève trêve dans leur guerre commerciale.


Donald Trump avait alors mis en particulier sur la table des négociations la réduction du déficit commercial américain de 200 milliards de dollars.


À défaut de trouver un compromis, les deux géants se sont imposé mutuellement des centaines de milliards de tarifs douaniers supplémentaires faisant craindre des répercussions pour la croissance de l’économie mondiale.


Lors de ses réunions annuelles en octobre, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a pointé du doigt l’escalade des tensions commerciales.


« Nous devons travailler ensemble pour avoir une désescalade et résoudre les différends commerciaux actuels », avait alors souligné Christine Lagarde, alors que l’institution de Washington a abaissé ses prévisions d’expansion mondiale pour 2018 et 2019 à 3,7 %.


 


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?