Pipeline Enbridge: Québec veut s'en mêler

Publié le 14/11/2012 à 15:57

Pipeline Enbridge: Québec veut s'en mêler

Publié le 14/11/2012 à 15:57

Par La Presse Canadienne

Évoquant la gouvernance souverainiste, le Québec veut faire respecter ses règles environnementales envers un projet de pipeline qui transporterait du pétrole albertain jusqu'à Montréal.


Le ministre de l'Environnement, Daniel Breton, a déclaré qu'avant de prendre une décision, il souhaite avoir plus d'information sur le projet de la société Enbridge, qui veut inverser le flux d'un pipeline reliant déjà Montréal à North Westover, en Ontario.


M. Breton a indiqué qu'il souhaite que le Québec participe à des consultations de l'Office national de l'énergie (ONE), une agence fédérale qui relève d'Ottawa.


Le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Alexandre Cloutier, a affirmé que le Québec a l'intention de faire respecter ses lois environnementales dans ce dossier.


L'environnement est une compétence partagée entre Ottawa et les provinces.


M. Cloutier a expliqué que le projet d'Enbridge est l'occasion de mettre en pratique la gouvernance souverainiste.


M. Cloutier a notamment soutenu qu'Ottawa s'est récemment désengagé de ses responsabilités en matière d'évaluation environnementale, un vide que le Québec pourrait combler, en fonction des moyens à sa disposition.


"Vous nous demandez si on va prendre nos responsabilités en matière environnementale devant le désengagement du gouvernement fédéral, a-t-il dit aux journalistes. La gouvernance souverainiste, c'est exactement d'occuper l'ensemble de nos champs de compétences et on va s'assurer qu'il y a des mesures environnementales qui soient appropriées."

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

60% des condos du Ritz toujours invendus

Édition du 17 Janvier 2015 | Dominique Froment

Le promoteur possède toujours 27 des 45 appartements. Et quatre des six penthouses n'ont pas encore trouvé preneurs.

UberX ou pourquoi Montréal devrait abolir les permis de taxi

23/12/2014 | Julien Brault

En utilisant UberX plutôt qu'un taxi, le consommateur peut réaliser une économie d’environ 17%.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Après 10 ans, Thierry Vandal quitte son poste à la tête d'Hydro-Québec

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

Près d'une décennie après avoir été nommé à la tête ...

Le pétrole bondit dans l'espoir d'une baisse de l'offre américaine

Il y a 48 minutes | AFP

Le prix du pétrole a bondi de près de quatre dollars vendredi à New York, des ...

Le CPQ corrige le tir sur ses propos à l'endroit des régions dévitalisées

Il y a 43 minutes | La Presse Canadienne

Les vives réactions suscitées par la nature des propositions du président-directeur ...