La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

La fermeture de Gentilly coûte une perte de 1,45 G$ à Hydro-Québec

Publié le 26/11/2012 à 15:01, mis à jour le 26/11/2012 à 15:04

Par Les Affaires

[Photo : Bloomberg]

La fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 pèse lourdement sur les résultats d’Hydro-Québec. Elle a provoqué une perte de 1,45 milliard pour la société d’État au troisième trimestre.


Sans la fermeture de Gentilly-2, Hydro aurait généré des profits de 376 M$, en baisse de 7 %. À la même période l’an dernier, l’entreprise a enregistré des profits de 404 M $. Cette diminution est entre autres attribuable à une diminution de consommation d'énergie de certaines grandes entreprises.


«Cet écart tient à une réduction de 61 M$ du résultat net des contrats spéciaux avec certains grands clients industriels au Québec, qui s'explique par le prix de l'aluminium et le taux de change, ainsi qu'à des achats d'électricité de 45 M$ effectués auprès de Rio Tinto Alcan. Ces éléments ont été atténués par une augmentation de 51 M$ des revenus des exportations nettes d'électricité d'Hydro-Québec Production», dit le communiqué émis par Hydro-Québec


Pour les neuf premiers mois de l'exercice, les profits ont atteint 2,12 milliards $ en baisse de 6,6 % par rapport aux 2,27 milliards inscrits l'an dernier. Toutefois, la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly force l’entreprise à radier 1,8 G$ de son bilan. Le résultat net pour les neuf premiers mois de l'exercice totalise 265 millions $, comparativement à 2,2 milliards en 2011.


 

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bourse: les indices poursuivent leur chute vendredi

Il y a 35 minutes | LesAffaires.com et AFP

Les investisseurs demeurent nerveux avant la publication de nombreux indicateurs économiques.

Où s'en va Bombardier?

31/07/2014 | François Pouliot

BLOGUE. Où s'en va Bombardier? La question est dans l'air. Ce que l'on retient de la conférence de la direction.

Huit questions à Alain Bédard, pdg de TransForce

Son pdg Alain Bédard nous explique son plan de match, après une tournée auprès d’investisseurs.