Bitcoin et marijuana: le point sur les secteurs en vogue

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Décembre 2017

Bitcoin et marijuana: le point sur les secteurs en vogue

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Décembre 2017

Par Stéphane Rolland

[Crédit photo: 123rf.com]

L'argent virtuel et la drogue. Les deux thèmes à la mode en 2017 évoquent l'image d'un «méchant party». Les lendemains de la fête boursière laisseront-ils d'heureux souvenirs ou se termineront-ils dans les larmes et la ruine ?


Le bitcoin


L'ascension du bitcoin donne le vertige. La plus populaire des cryptomonnaies s'est appréciée de 1 000 % depuis le début de l'année, au moment d'écrire ces lignes. La flambée évoque le spectre d'une bulle. Dans une récente note, Hendrix Vachon, économiste principal du Mouvement Desjardins, souligne que la valeur du bitcoin s'est multipliée par 800 fois depuis 2013. En comparaison, le prix des tulipes s'est apprécié de 20 fois durant la tulipomanie aux Pays-Bas en 1636-1637, le cas d'école d'une bulle en histoire économique. «Il est difficile de ne pas parler de bulle pour le bitcoin», commente l'économiste.


La progression a pourtant son bien-fondé, répond Martin Lalonde, président de Rivemont, dont la firme mène des démarches en vue de créer un fonds de cryptomonnaies. «À 1 000 $ US, certains disaient déjà que c'était une bulle, puis on a passé le cap des 10 000 $, soit dix fois plus, souligne le gestionnaire de portefeuille de Gatineau. Il faut aller plus loin et regarder si on assiste à un changement fondamental. Nous, on croit que oui.»


En ce qui a trait au fondamental, M. Lalonde pointe vers l'offre et la demande. Le nombre de bitcoin sera limité à 21 millions, ce qui établit un plafond à l'offre. Le bitcoin sert également de valeur refuge, un peu comme l'or, ajoute-t-il. Une caractéristique attrayante dans les pays instables économiquement, comme le Venezuela.


Le bitcoin est loin d'être la seule cryptommonaie -le site coinmarketcap.com en recense 1 324. Cette abondance compense-t-elle l'offre limitée sur le bitcoin ? «Oui et non, répond M. Lalonde. Chaque monnaie a des caractéristiques différentes. Il n'est pas impossible qu'on en voie une meilleure que le bitcoin, un jour. C'est pour ça qu'on veut un fonds qui peut investir dans différentes cryptomonnaies. On sera capable de détecter cette monnaie et d'ajuster notre stratégie en conséquence.»


De plus, il sera désormais plus facile pour les investisseurs institutionnels de faire leur pari. Au moment d'écrire ses lignes, deux Bourses à Chicago (la CBOE et la CME) doivent lancer des contrats à terme avec le bitcoin comme sous-jacent, les 11 et 18 décembre, respectivement. Si trop de gens décident de parier contre le bitcoin en le vendant à découvert, cela pourrait faire baisser sa valeur, prévient Sal Guatieri, économiste de BMO Marchés des capitaux. M. Lalonde pense au contraire que la création de ces contrats à terme est une nouvelle positive et rendra le marché plus liquide.


Les enjeux réglementaires seront également à surveiller en 2018. La Chine et la Corée du Sud ont déjà imposé des restrictions sur le bitcoin. Un flou réglementaire persiste ailleurs. Il faudra voir si des gouvernements décideront d'établir un cadre réglementaire et comment ils le feront. À suivre...


Marijuana


La promesse d'un lucratif marché canadien de la marijuana récréative fait également saliver bien des investisseurs cette année. L'action de Canopy Growth (WEED), le meneur de l'industrie, a flambé de 97 % depuis le début de l'année. En seulement huit mois d'existence, le FNB Horizons Marijuana Life Sciences (HMMJ), pour sa part, a monté de 33 %.


Les attentes sont élevées quant au potentiel économique de la marijuana récréative au Canada, après la légalisation le premier juillet 2018. Ce marché pourrait se chiffrer entre 4,9 G $ et 8,7 G $, selon un rapport de Deloitte. En tenant compte des retombées indirectes, l'impact économique pourrait aller jusqu'à 22 G $, toujours selon la firme.


Le problème avec ce type d'étude est qu'il est difficile d'évaluer la taille d'un marché qui est encore illégal, prévient François Têtu, gestionnaire de portefeuille chez RBC Dominion valeurs mobilières. «Les gens anticipent une croissance future exponentielle, constate-t-il. Il n'est pas sûr que c'est ce qui va se produire. La croissance sera-t-elle aussi forte ? Ça reste un investissement spéculatif.»


M. Têtu voit la prise de participation de 9,9 % du producteur d'alcool Constellation Brands dans Canopy Growth comme l'un des premiers développements «sérieux» dans l'industrie. «On voit qu'une grande entreprise qui a des marques reconnues comme la Corona y croit, poursuit-il. Ils ont dû faire leurs devoirs.» Le gestionnaire de portefeuille précise qu'il juge toujours le producteur de marijuana médicale ontarien comme un placement spéculatif. «C'est sûr que ça le sera moins avec le temps (spéculatif), mais ça reste un titre très volatil.»


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Le bitcoin repose surtout dans des portefeuilles québécois

10/07/2018 | François Remy

BLOGUE. Son adoption reste cependant limitée au Canada, estime cette nouvelle enquête nationale.

Une nouvelle entreprise québécoise pour Bitmain

03/07/2018 | François Remy

BLOGUE. En poussant un nouveau pion sur l’échiquier du Québec, le géant chinois du bitcoin alimente les spéculations.

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.