Les Têtes à claques sont-elles en déclin ?

Publié le 31/07/2008 à 00:00

Les Têtes à claques sont-elles en déclin ?

Publié le 31/07/2008 à 00:00

Par Olivier Schmouker

Les chiffres sont catégoriques : depuis le mois de novembre 2007, où les campagnes publicitaires liées aux Têtes à claques battaient leur plein, la portée du site Tetesaclaques.tv a dégringolé de 70%, selon les données d’Alexa.com.



Rappelons qu’en novembre 2007, le site qui diffuse les clips humoristiques de Michel Beaudet et son équipe était l’un des 400 sites Web les plus visités au Canada et l’un des 550 en France, selon Alexa. Et qu’en décembre 2006, quatre mois seulement après son lancement, il comptait 3,2 millions de visiteurs uniques.



«Il y a eu une surdose de merchandising. On s’est associés à trop de marques, et on s’est fait un peu fourrer par des gens sans scrupules. Ça a dégénéré», a récemment confié au quotidien français Libération l’ex-publicitaire Michel Beaudet.



Saturation publicitaire



Il est clair que les Têtes à claques ont été surexposées. Au début de 2007, les marionnettes aux yeux exorbités dénommées Raoul, Monique, Uncle Tom et autres commandant du vol DC-132 ont été utilisées pour faire la promotion de cellulaires de Bell Canada.



Puis, ce fut le tour à partir de mai de jus Lassonde vendus chez Alimentation Couche-Tard. En juin, d’une collection de T-shirts vendus chez Zellers, L’Aubainerie, etc.



En août 2007, Gabriel, Samuel et les autres débarquent en France. L’opérateur mobile français SFR lance la campagne «Ça va ouatcher» pour promouvoir un nouveau forfait destiné aux moins de 25 ans. À noter que celle-ci a remporté en juin dernier le 22e Grand Prix Stratégies/La Poste, qui récompense les meilleures initiatives françaises en marketing relationnel et opérationnel. Elle comprenait notamment un micro-site qui a enregistré 400 000 visiteurs uniques et un millier de participants à un concours en ligne.



Résultat : la marque en a pris un coup auprès du grand public. Mais, peut-on aller jusqu’à dire que celui-ci est fatal? L’équipe de Beaudet semble persuadée du contraire, et relève les manches pour s’en sortir…



Exporter le concept à l’international



Le samedi 16 août, le jour anniversaire des deux années d’existence du site Web, sera dévoilée la nouvelle version des Tetesaclaques.tv. Celle-ci sera davantage orientée vers les internautes français : possibilité de visionner les clips avec sous-titres, nouveaux clips inspirés des Français plus que des Québécois, etc. Et surtout, l’intégralité des clips sera disponible.



En septembre prochain doit être lancée la version anglaise des Têtes à claques. Les personnages ne devraient pas être spécifiquement nord-américains, histoire de cibler le public le plus large possible.



Enfin, il serait également question d’un projet de site Web en espagnol.



L’avenir dira si ce plan de sauvetage sera couronné de succès ou non.



Avec PC.


(Tout sur la saga des Têtes à claques.)


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.