Dubaï, un salon historique pour Boeing

Publié le 20/11/2013 à 07:01

Dubaï, un salon historique pour Boeing

Publié le 20/11/2013 à 07:01

Par AFP

Photo: Bloomberg

Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé avoir engrangé au total des commandes et intentions d'achats portant sur 342 avions d'une valeur globale de 101,5 milliards de dollars, au salon de Dubaï.


Ce montant, inchangé depuis dimanche, exclut les options et les droits d'achats, a-t-il précisé dans un communiqué publié à la veille de la fermeture du salon.


La grande majorité des contrats portent sur le 777X, nouvelle version de son "Triple 7" qui doit entrer en service en 2020.


Le PDG de Boeing Jim McNerney a officiellement lancé l'appareil avec 259 commandes et engagements d'achats de la part d'Emirates (150 exemplaires), Qatar Airways (50) et Etihad Airways (25) qui complètent les 34 commandes déjà annoncées par la compagnie allemande Lufthansa en septembre dernier.


«La valeur combinée de ces accords s'élève à plus de 95 milliards de dollars au prix catalogue, un record dans l'histoire de l'aviation commerciale pour le lancement d'un avion commercial», a commenté le groupe.


Le 777X, qui sera équipé d'une voilure en composite et de nouveaux moteurs GE9X développée par GE Aviation, promet une réduction de consommation de carburant de 12% comparé à celle de son concurrent, l'Airbus A350.


L'avion est proposé en deux versions, le 777-8X (350 passagers, rayon d'action de 17.22O km) et le 777-9X (plus de 400 passagers, rayon d'action de plus de 15.185 km).


Il sera en outre doté d'extrémités d'ailes profilées et repliables.


Comme le 787 Dreamliner qui avait été initialement lancé sous l'appellation 7E7, le 777X recevra par ailleurs son appellation officielle à une date ultérieure. "La conception du 777X se poursuit et les fournisseurs et sous-traitants seront désignés au cours des mois à venir", avait indiqué en début de semaine l'avionneur américain.


La production du 777X devrait débuter en 2017, avec une première livraison prévue en 2020.


S'agissant du Dreamliner, dont le lancement commercial depuis deux ans a été terni par une série d'avaries, Boeing a reçu la confiance d'Etihad qui en a commandé 30 exemplaires. L'appareil a ainsi franchi le cap symbolique des 1000 commandes.


Sur le terrain des moyen-courriers, Boeing et la jeune compagnie aérienne à bas coûts flydubai ont annoncé au salon un accord en vue de l'achat de 100 exemplaires du 737 MAX 8 (version remotorisé de son 737) et de 11 B737-800. Au total, 1600 MAX, concurrent de l'Airbus A320neo, ont été commandés depuis son lancement en 2011.


«Dubaï 2013 a été un salon véritablement historique pour Boeing Company», a conclu Charlie Miller, vice-président chargé de la communication.


L'avionneur européen devait lui aussi publier son bilan mercredi après-midi.


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Jazz Aviation maintient ses liaisons régionales jusqu’en 2035

Air Canada et Chorus Aviation ont prolongé de 10 ans un contrat d’achat de capacité.

Une start-up amasse 100M$ pour son avion supersonique

04/01/2019 | AFP

Google, Airbnb et Dropbox entre autres soutiennent Boom Supersonic, basée à Denver.

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.