Bombardier: les travailleurs en colère contre Boeing

Publié le 26/09/2017 à 23:16

Bombardier: les travailleurs en colère contre Boeing

Publié le 26/09/2017 à 23:16

Par Martin Jolicoeur

Le principal représentant des travailleurs de l’industrie aérospatiale au Canada cherchait ses mots pour exprimer sa stupeur en réaction à la décision rendue mardi soir contre Bombardier par le département américain du Commerce.


«Je suis complètement dégouté par la tournure des événements, a admis David Chartrand en entrevue avec Les Affaires. L’attitude de Boeing dans ce dossier est dégueulasse. Et l’importance des droits compensateurs (219,63%) imposés à Bombardier sont tout simplement ridicules.»


M. Chartrand est le coordonnateur québécois de l’Association internationale des machinistes et travailleurs de l’aéronautiques (AIMTA). À lui seul, il représente pas moins de 35 000 travailleurs syndiqués des industries de l’aéronautique et du transport aérien au Canada.


S’il s’attendait, comme la majorité des analystes, à ce que Washington donne raison à Boeing à cette étape préliminaire du processus, jamais n’avait-il imaginé que l’arbitre américain puisse imposer aux avions CSeries de Bombardier une sanction qui surpasse celle souhaitée par Boeing.


«Depuis le début, Boeing se comporte dans ce dossier comme un bully, un fier à bras qui fait tout pour nuire à notre industrie aérospatiale, comme d’autres aux États-Unis le font depuis des années dans l’industrie du bois-d’œuvre. Ils (les Américains) savent très bien que nous respectons les lois. Mais la durée des procédures est telle, qu’à l’usure, ils finissent toujours par gagner.»


Rappelons qu’en portant plainte en avril dernier, Boeing réclamait des droits compensateurs de 79,41%, assortis de droits antidumping de 79,82%. Or, les mesures punitives imposées à Bombardier mardi, se sont élevées à près de 220%, avant même l’application des mesures antidumping. Ces dernières sont attendues le 4 octobre prochain.


Embraer sort gagnante


M. Chartrand estime que les procédures intentées par Boeing contre Bombardier finiront par effrayer les acheteurs qui se tourneront, non pas vers les avions plus gros de Boeing, mais plutôt vers ceux de la brésilienne Embraer, qui cherche depuis des années à faire sa place aux États-Unis. «Plus j’y pense et plus je me dis qu’Embraer est la seule à profiter véritablement de cette bataille.»


Toute cette situation, encouragée croit-il par le mouvement protectionniste du nouveau président Donald Trump, dépasse l’entendement, estime M. Chartrand. «Ça va au-delà du réel. Cà démontre, encore une fois, à quel point le gouvernement doit tout faire pour renforcer l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain), cet accord commercial qui n’a plus de libre-échange que son nom.»


À la Bourse de Toronto ce mardi, le titre de Bombardier a grimpé de 0,13$, ou de 6,07%, pour clôturer à 2,27$. Au cours des quatre dernières semaines, la valeur de son titre a connu une chute de 16,08%, ou de 0,41$.


Pendant ce temps, à la Bourse de New-York, le titre de Boeing a reculé aujourd’hui de 0,24%, ou 0,62$US, pour clôturer la séance à 253,70 $US. Au cours du dernier mois, la valeur de son titre a grimpé de 18,43 $US, ou de 7,81%

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le ménage n'est pas terminé dans les dépenses de Bombardier

Mis à jour le 13/11/2018 | AFP et La Presse Canadienne

Bombardier continuera de produire les CRJ, mais devra encore réduire la taille de l'entreprise.

Frustration et inquiétude chez les employés de Bombardier

08/11/2018 | Martin Jolicoeur

«Ces annonces nous laissent dans le noir quant à la suite des choses», déplore le directeur général d'Unifor au Québec.

À la une

Bourse: Grincheux gâche le décompte de Noël

BLOGUE. Les pros n'ont pas l'humeur à la fête après six semaines de spasmes qui ont évaporé les gains de l'année.

Oubliez la transition, il faut une révolution verte

08/12/2018 | François Normand

ANALYSE - La transition vers une économie verte est trop lente. Un changement de cap majeur s'impose. Voici pourquoi.

Surprise, les taux d’intérêt baissent!

07/12/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ.Les marchés ont le don de surprendre de façons répétitives et inattendues.