Un parcours tracé depuis le jeune âge

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 14:12

Un parcours tracé depuis le jeune âge

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 14:12

Par Pierre Théroux

Jean-Roch Beaudoin, Slush Puppie Canada [Photo : Sébastien Lavallée]

Jean-Roch Beaudoin ne vend peut-être pas de frigidaires aux Esquimaux, mais c'est tout juste. Le président de Slush Puppie Canada offre ses barbotines jusqu'à dans les régions du Nunavik !


Dès l'âge de 10 ans, Jean-Roch Beaudoin était convaincu qu'il serait un jour à la tête de l'entreprise de Gatineau, créée par son père André il y a 35 ans.


" C'était clair et net dans mon esprit ", dit ce diplômé en administration de l'Université du Québec en Outaouais. D'autant que Slush Puppie, connue pour son logo, un petit chien à la tuque bleue, plaît bien aux enfants.


Il devra quand même attendre jusqu'à l'âge de... 13 ans avant de faire ses premiers pas dans l'entreprise. En y occupant d'abord des emplois d'été, sur la chaîne de production, puis en portant le chapeau de vendeur.


Il passera aussi quelques années dans des bureaux de Slush Puppie, à Montréal et en Ontario, afin de mieux connaître les territoires couverts par l'entreprise.


Jean-Roch Beaudoin ira aussi parfaire ses connaissances en s'inscrivant à l'Ivey Executive Program de l'Université Western Ontario, un programme destiné aux dirigeants d'entreprise.


" J'y ai beaucoup appris, surtout pour les questions touchant les finances et la rentabilité d'une entreprise ", dit-il, en soulignant qu'il a aussi profité de la présence d'autres gestionnaires.


Au début des années 2000, les problèmes de santé de son père l'obligent à prendre les rênes de l'entreprise. Jean-Roch Beaudoin a alors 30 ans. " J'étais prêt. Nous en parlions régulièrement et tout mon parcours m'avait mené jusque-là ", explique M. Beaudoin, qui reçoit encore des conseils de son père, auquel il voue une grande admiration. " La réussite d'un transfert d'entreprise repose en grande partie sur la confiance et le respect mutuels ", dit-il.


Un virage santé


Slush Puppie Canada est la filiale d'une entreprise fondée à Cincinnati en 1970 qui a été vendue en 2001 au géant Cadbury Schweppes. Elle est aujourd'hui propriété de l'entreprise américaine J&J Snack Foods Corp.


En 1975, André Beaudoin rencontre le propriétaire de Slush Puppie lors d'une foire alimentaire à San Diego. " Mon père était prêt à lui acheter 10 de ses machines s'il obtenait les droits de vente au Canada ", raconte Jean-Roch Beaudoin.


Le Canada devenait alors le premier pays étranger à vendre la barbotine Slush Puppie. Depuis, l'entreprise de Gatineau s'est implantée aux quatre coins du Québec et dans les provinces de l'Atlantique.


Pratiquement seule sur ce marché pendant très longtemps, Slush Puppie a dû affronter au début des années 2000 la concurrence d'un de ses principaux clients, Alimentation Couche-Tard, qui a alors décidé de lancer sa propre marque.


" On a traversé une période difficile, mais on s'est retroussé les manches ", dit M. Beaudoin. L'entreprise a développé de nouveaux marchés et produits " pour parvenir à reprendre rapidement le volume de ventes perdu ", précise-t-il.


En 2006, Slush Puppie Canada a pris un virage santé en lançant un produit développé en collaboration avec un diététiste de la région. La version Slush Plus, composée d'un concentré de jus de pommes et de vitamines, serait sur le point d'être adoptée par la maison-mère américaine.


Slush Puppie Canada compte environ 7 000 points de vente, principalement chez des dépanneurs, dans des écoles et des centres récréatifs. L'entreprise, qui enregistre la majeure partie de ses revenus pendant la saison estivale, se réjouit de voir l'été arriver avant le temps.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le sociofinancement part à la conquête des régions

04/10/2017 | Matthieu Charest

En quête de rayonnement, la plateforme de financement participatif Ulule s’apprête à traverser le Québec.

Vendeur patient et acheteur combatif

Mis à jour le 14/02/2011

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années ...

À la une

L’inaccessible maison?

Il y a 16 minutes | Daniel Germain

En 2019, les maisons seront inabordables à un niveau qu'on ne voit pas souvent.

Pas de plan pour l'internet haute vitesse en régions éloignées, selon le VG

Il y a 1 minutes | La Presse Canadienne

Fournir l'internet haute vitesse à 99 pour cent des Canadiens coûterait entre 1,1 et 1,7 milliard $.

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.