Bien plus qu'un terrain de jeu

Publié le 15/05/2010 à 00:00

Bien plus qu'un terrain de jeu

Publié le 15/05/2010 à 00:00

Par René Vézina

Ayant grandi à Québec, j'ai longtemps été vexé par le fait que les Montréalais appelaient la région limitrophe qui s'étire vers le nord les Laurentides.


Mais de quel droit ? Après tout, les Laurentides sont des montagnes (dans le Petit Robert des noms propres, on parle de collines !) qui couvrent une vaste superficie, jusqu'à Charlevoix. Et nous avions, nous, l'immense Parc des Laurentides, entre Québec et Chicoutimi. Pourquoi donc une région se réserverait-elle l'appellation pour elle ?


Puis j'ai compris : le nom résonne différemment dans l'imaginaire.


Pour les habitants de la Ville de Québec et ceux de Saguenay, les Laurentides relèvent davantage de la géographie. C'est d'abord un territoire sauvage, montagneux, parsemé de lacs et de rivières au coeur d'une forêt boréale. C'est aussi une route (la route du Parc) où il faut être vigilant et patient. La circulation est lourde et les camions sont nombreux. Sans parler des orignaux...


Alors que pour les gens de la grande agglomération montréalaise, les Laurentides représentent l'évasion. La détente. Le terrain de jeux, tant l'été que l'hiver. Ils s'y précipitent en masse, trop d'ailleurs, à tel point que le trafic sur les routes, le week-end, tient plus du bouchon urbain que de la nature sauvage...


Bien entendu, il y a aussi les Laurentides du nord, celles de Lac-Nominingue, de Mont-Laurier et autres, où le tourisme partage le terrain avec l'industrie forestière. Les municipalités y ont gardé un air plus villageois et on se sent davantage dans les Pays-d'en-haut.


Parce que ces Pays-d'en-haut, chers aux personnages de Claude-Henri Grignon, ils sont maintenant pas mal plus bas (comprendre " proches de la grande ville ") ! À l'époque, Sainte-Adèle représentait encore un territoire à défricher. Aujourd'hui, c'est presque la banlieue. Quoique la banlieue, la vraie, c'est celle de la couronne nord, dont la population n'arrête pas de grandir, phénomène plutôt rare au Québec. Des villes comme Blainville, Mascouche, Mirabel, Saint-Eustache et compagnie, bien pourvues en services et ayant une solide base industrielle, sont attirantes pour les familles.


Grâce à cet heureux mélange des genres, les Laurentides forment une région prospère. Elles ont d'ailleurs attiré le plus important investissement privé des dernières années au Québec : le redéveloppement de Tremblant, accompagné par 2 milliards de dollars. La crise a imposé un temps d'arrêt, les visiteurs internationaux sont moins nombreux, mais la réputation de Tremblant en tant que station quatre saisons est maintenant bien établie au-delà de la frontière.


Paradoxalement, la vigueur de son économie pose quelques problèmes aux Laurentides, dont le décrochage scolaire au premier chef. Le pourcentage de garçons qui abandonnent leurs études secondaires sans diplôme y est un des plus élevés du Québec. Lorsqu'on peut aussi facilement trouver un job, même mal payé, la tentation est grande... C'est plus tard qu'on comprend qu'on s'est mis dans un cul-de-sac. Et la région, qui a et aura besoin de travailleurs qualifiés, s'active pour réintégrer dans le système scolaire ceux qui veulent parfaire leur éducation sur le tard.


L'épine dorsale de cette région reste la piste du P'tit train du nord, devenue un parc linéaire aux usages multiples. C'est bien beau le vélo ou le ski, mais à cause de l'autoroute 15 hyper-sollicitée, on se plaît à rêver à l'extraordinaire option que représenterait le train, en route vers le nord.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le sociofinancement part à la conquête des régions

04/10/2017 | Matthieu Charest

En quête de rayonnement, la plateforme de financement participatif Ulule s’apprête à traverser le Québec.

Vendeur patient et acheteur combatif

Mis à jour le 14/02/2011

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années ...

OPINION Nouvelle patronne, nouveau produit
Mis à jour le 14/02/2011
Un parcours tracé depuis le jeune âge
Mis à jour le 14/02/2011
La roue tourne chez Dumoulin Bicyclettes
Mis à jour le 14/02/2011

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

06:53 | LesAffaires.com et AFP

«Le cours du pétrole reste le sujet le plus sensible pour les marchés.»

Titres en action: Alstom, Tencent, Samsung...

06:53 | LesAffaires.com et AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le bénéfice de Loblaw plonge au troisième trimestre

Ça représente une dégringolade de près de 88 pour cent.