Aux États-Unis, le rêve d'un salaire minimum à 15$ avance

Publié le 31/03/2016 à 08:31

Aux États-Unis, le rêve d'un salaire minimum à 15$ avance

Publié le 31/03/2016 à 08:31

Par AFP

[Photo: 123rf]

New York, Seattle, Californie: dans le patchwork régional de salaires minimums aux États-Unis, des villes et des États prennent l'initiative et votent des hausses parfois spectaculaires, le slogan des 15 dollars par heure devenant une réalité pour des centaines de milliers de salariés.


L'augmentation est si consensuelle chez les démocrates qu'Hillary Clinton et Bernie Sanders, les deux candidats à l'investiture présidentielle, ne se disputent que sur son ampleur: l'ex-secrétaire d'État veut aller moins vite et moins loin, quand le sénateur du Vermont pousse pour un doublement.


Les républicains, eux, restent réfractaires en raison des potentielles destructions d'emplois, à de rares exceptions près comme Mitt Romney, le candidat présidentiel de 2012.


Le salaire minimum fédéral est de 7,25 dollars par heure. Il n'a pas changé depuis 2009, car c'est le Congrès qui en fixe le montant, et les républicains y ont la majorité depuis cinq ans. Selon l'OCDE, il est un tiers en-dessous du SMIC français, en prenant en compte la parité de pouvoir d'achat.


Alors, comme pour de nombreuses causes progressistes, l'action se passe au niveau des États et des villes: 29 États et la capitale fédérale, Washington, ont aujourd'hui des montants plus élevés que le minimum national, par exemple 9 dollars à New York et 10 en Californie. A Seattle, depuis le 1er janvier, dans les grandes entreprises c'est 13 dollars. Dans la ville de New York, les employés de restauration rapide doivent au moins gagner 10,50 dollars.


En tout, depuis 2013, 18 États ont volontairement augmenté leurs salaires minimums selon la Maison Blanche, parfois après des référendums.


Et une nouvelle vague s'annonce en 2016. La plus conséquente se prépare dans l'État le plus peuplé du pays, la Californie: les élus locaux viennent de se mettre d'accord pour atteindre progressivement 15 dollars en 2023, et avant dans les grandes entreprises.


Selon une étude de l'Université Berkeley, un tiers des travailleurs californiens vont être augmentés.


Hillary Clinton a salué une « grande victoire pour les travailleurs »... mais Bernie Sanders lui a répondu sur Twitter: « Voici la différence: je soutiens un salaire minimum fédéral à 15 dollars, pas Hillary Clinton ». Il a raison: la candidate a proposé de monter le plancher fédéral de 7,25 à 12 dollars.


Divergences régionales


Une hausse brutale pourrait être ressentie différemment selon les régions. Dans le Sud pauvre, le niveau de vie et les prix sont bien plus bas que sur les côtes. Doubler les salaires d'employés de restaurants dans le Mississippi aurait plus d'impact sur les prix au menu qu'à San Francisco, où les salaires sont déjà plus élevés. Le coût de la vie à New York rend aussi plus urgente une hausse des minima actuels.


« Les hausses du salaire minimum seront plus fortes dans les zones urbaines que dans les zones rurales, dans le Nord-Est et la Californie que dans le Sud profond », dit à l'AFP Jacob Kirkegaard, chercheur à l'Institut Peterson à Washington.


Selon lui, les divergences régionales ne feront que se renforcer.


Mais syndicats et militants poussent néanmoins pour une hausse générale: en dollars constants, le salaire minimum fédéral est environ un tiers plus bas qu'au pic de 1968.


« Le salaire minimum actuel de 7,25 dollars revient à environ 15.000 dollars par an, ce n'est suffisant nulle part dans le pays pour une famille », dit Laura Huizar, du National Employment Law Project. Le seuil de pauvreté pour une famille de trois personnes est fixé à 20.160 dollars.


La question n'est quasiment jamais abordée pendant la campagne des primaires républicaines. Le sénateur du Texas Ted Cruz est contre toute hausse. John Kasich, gouverneur de l'Ohio, avait flirté avec une augmentation « raisonnable » en septembre. Mais il s'est corrigé début mars lors d'un débat.


« Je ne suis pas favorable à une hausse du salaire minimum fédéral », a-t-il dit, alarmé que les téléspectateurs aient pu concevoir l'inverse. « Si les États veulent le faire, ils doivent le faire en concertation avec les entreprises et les élus ».


Donald Trump, lui, avait déclaré en novembre que les salaires étaient « trop élevés » et nuisaient à la compétitivité américaine. La tirade a fait bondir, quand les républicains critiquent tous les jours Barack Obama pour la stagnation des salaires.


« Les salaires dans notre pays sont trop bas », a-t-il corrigé en décembre.

À suivre dans cette section


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Minerais critiques : une politique « America First »

10/01/2018 |

Si le président des États-Unis Donald Trump souhaite accroître la souveraineté ...

Le monde incertain et anxiogène expliqué aux jeunes

Mis à jour le 06/01/2018 | François Normand

ANALYSE. Beaucoup de jeunes ont l'impression que le monde est au bord du gouffre. Ils ont tort. Voici pourquoi.

À la une

10 choses à savoir jeudi

Qui va racheter Tesla? Le yuan remplace le dollar US auprès des banques, ce soulier Adidas prend le métro gratuitement.

De nouveaux changements à la tête de Lowe's Canada

Il y a 19 minutes | Martin Jolicoeur

Alain Brisebois, devenu pilier de l'organisation, a quitté l'entreprise vendredi.

Le truc fou d'Oprah Winfrey pour avoir une carrière de rêve

Mis à jour à 06:21 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une astuce que vous pouvez très bien appliquer à votre quotidien au travail...