Pas de CELI pour 57% des Québécois

Publié le 01/11/2012 à 09:47

Pas de CELI pour 57% des Québécois

Publié le 01/11/2012 à 09:47

Par lesaffaires.com

Par manque d’informations ou d’argent, les Québécois sont peu nombreux à détenir un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), selon un sondage mené par ING Direct. Les répondants sont 57% à ne pas avoir ouvert un CELI.


Selon le sondage 44% des Québécois n’ont qu’une vague idée du fonctionnement du CELI et 19% disent ne pas le comprendre du tout.


Parmi les Québécois orphelin de CELI, 63% ne se sont pas doté de cet avantage fiscal parce qu’ils n’en ont tout simplement pas assez d’argent pour y cotiser.


« Le CELI existe depuis près de quatre ans et il est regrettable que tant de gens ne profitent pas pleinement de cet outil d'épargne », commente Peter Aceto, pdg d'ING DIRECT. « Depuis son lancement, le CÉLI représente une excellente façon d'atteindre des objectifs d'épargne à court et à long terme.»


L'épargne en vue de la retraite représente la principale raison pour laquelle 36 % des Québécois ont ouvert un CÉLI, suivi par la création d'un fonds d'urgence (24 %).


 

Sur le même sujet

REER et CELI: des spécialistes suggèrent une répartition d'actifs optimale

Édition du 28 Février 2015 | Dominique Lamy

Avantage de la non-imposition des gains, désavantage de la non-déductibilité des pertes : plusieurs investisseurs ...

CELI: un outil pour les gens âgés et les riches

Mis à jour le 24/02/2015

Le CELI instauré par le gouvernement conservateur sert surtout les personnes âgées et les biens nantis, selon une étude.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

REER : 4 étapes pour les retardataires

Mis à jour le 28/02/2015 | Dominique Lamy

Impossible de procrastiner davantage : vous n’êtes qu’à quelques heures de la date butoir.

Warren Buffett: sa performance, son successeur, ses placements

28/02/2015

Voici quelques-uns des passages clés de la très populaire lettre annuelle de l'Oracle d'Omaha.

CSeries: Boeing et Airbus ont peur, selon Bombardier

27/02/2015 | Martin Jolicoeur

Qu’elle y croit ou non, la direction de Bombardier a affiché une confiance à la limite de l'insolence.