Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Par Bernard Mooney

Est-il plus rentable de négocier un titre ou de le détenir à long terme sans le vendre ?


En apparence cela semble plus payant d'acheter un titre, par exemple à 20 $, pour le revendre à profit à 24 ou 25 $ en se disant qu'on le rachètera à 22 ou 23 $. C'est une illusion.


D'abord, parce que même si vous réussissez plusieurs fois à faire ce genre de transactions, rien ne dit que le titre vendu vous accommodera en baissant de quelques dollars.


De plus, pour vraiment faire de l'argent à la Bourse, il faut que vous trouviez des titres supérieurs qui vous procureront des rendements extraordinaires sur plusieurs années.


Ce n'est pas facile de dénicher ces perles. Raison de plus de les conserver quand on a la chance d'en avoir acheté une.


Cette stratégie vous permet de profiter de la grande puissance des intérêts composés. Lorsque vous achetez des actions d'une société qui réussit au moins à décupler ses profits sur plusieurs années, vous possédez une machine capable à elle seule de vous enrichir. Je vais vous donner un exemple personnel concret. Lorsque j'ai acheté des actions de Quincaillerie Richelieu, en 1996, la société avait des revenus de 93 millions de dollars (M $), des bénéfices de 4,6 M $ et des bénéfices non répartis de 25,7 M $ (bénéfices réalisés par la société depuis sa création qui ont été réinvestis dans ses activités). Le titre était à 1,70 $.


Sur le même sujet

Placements: les jeunes craignent vraiment le risque

22/07/2014

Un nouveau sondage montre que les jeunes adultes américains préfèrent l'argent liquide aux actions.

Le crédit rénovations des libéraux en vigueur

05/05/2014 | Finance et Investissement

Le gouvernement libéral vient de mettre une première promesse à exécution. Il met en place ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Startups: le Canada dans le Top 5 mondial

Le Canada est l’un des 5 meilleurs pays au monde pour les entreprises en démarrage (startups) en 2014, selon une étude.

Entente avec ACE: rien n'est acquis pour Rona

Les 150M$ à 200M$ de volume d'affaires additionnel ne sont que des estimations. Rona devra convaincre les marchands ACE.

Techno: les foyers québécois avec enfants plus branchés

11:25

La présence d'un enfant ou plus dans le foyer a un effet direct sur le fait de posséder de l'équipement numérique.