Taux hypothécaires: trop peu de chasseurs au Canada

Publié le 01/03/2018 à 08:04

Taux hypothécaires: trop peu de chasseurs au Canada

Publié le 01/03/2018 à 08:04

Par Conseiller

Alors qu’ils sont nombreux à reconnaître qu’un alourdissement de leur hypothèque les mettrait dans l’embarras, les Canadiens semblent pourtant peu enclins à comparer les taux hypothécaires.


S’appuyant sur un sondage mené auprès de 10000 personnes dans 10 pays, cette étude de HSBC se penche sur les conséquences éventuelles d’une hausse des taux d’intérêt pour les propriétaires au Canada tout en dressant une comparaison avec leurs homologues dans d’autres pays.


Elle révèle par exemple que 20% des propriétaires ou acheteurs potentiels canadiens pourraient «difficilement» faire face à une hausse du taux hypothécaire de 2%, voire en seraient «incapables» si celle-ci se produisait aujourd’hui. Et dans le cas où cette augmentation atteindrait 5%, cette proportion grimpe à 48%. Si l’on en croit les données de HSBC, ces résultats placent le Canada dans la moyenne par rapport aux neuf autres pays étudiés


Équilibre financier précaire


L’étude montre aussi que malgré leur inquiétude face à une éventuelle remontée du taux hypothécaire, les emprunteurs canadiens figurent parmi les moins soucieux de tous les pays sondés à dire qu’ils ont comparé les différents taux proposés sur le marché pour essayer d’obtenir le plus intéressant.


Ainsi, seul un sondé sur deux d’un océan à l’autre (50%) indique avoir magasiné dans ce sens, comparativement à 61% de moyenne mondiale. À noter que les «chasseurs de taux avantageux» les plus actifs sont les Français (79%), les Malaisiens (72%) et les Chinois (69%).


L’enquête constate par ailleurs qu’un acheteur potentiel sur quatre (24%) au pays s’attend à avoir de la difficulté à faire face à une hausse de taux hypothécaire de 2%, ou même à en être incapable.


Pourtant, parmi les 10 pays scrutés par HSBC, les acheteurs canadiens sont aussi les moins portés à dire qu’ils éprouvent un tel sentiment (la moyenne mondiale est de 32 %). Un résultat qui amène l’institution financière à se demander si cette clientèle est «bien préparée ou trop optimiste». D’après le sondage, les acheteurs potentiels les plus susceptibles d’avoir du mal à absorber une hausse de 2% sont ceux de Malaisie (43%), de Taïwan (40%) et de France (37%).


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Banques: un autre trimestre qui fera taire les pessimistes

BLOGUE.La hausse de 8% des profits n'aura pas l'éclat du 1er trimestre mais le ressac immobilier est pour un autre jour.

10 devoirs à faire avant de partir à la chasse à l'hypothèque

Édition du 19 Mai 2018 | Daniel Germain

Il n'y a pas que les terrasses qui s'échauffent au printemps. Le marché immobilier aussi. Devant la perspective d'un ...

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.